The news is by your side.

Exportations des produits du Sahara : Bruxelles appuie Rabat…

0 265

Une délégation de la Commission européenne et du Service européen de l’action extérieure (SEAE), a effectué, du 20 au 23 septembre, une visite au Sahara pour s’enquérir sur place si les accords de pêche et agricole conclus entre le Maroc et l’Union européenne bénéficient réellement à la population locale. Après des rencontres avec les acteurs politiques, économiques et associatifs de la région, la mission a rendu son rapport le 22 décembre.
Le rapport reconnaît que les exportations de la province «vers l’Union européenne et les chiffres de l’emploi montrent une tendance à la croissance continue et modérée, qui peut être attribuée en grande partie aux conditions économiques favorables au Sahara occidental», mises en place par le gouvernement marocain, indique Europa Press sur la foi du document consulté.
Ce dernier souligne que l’accord du 25 octobre 2018 portant modification des protocoles n°1 et n°4 de l’accord établissant une association entre le royaume et l’UE, a permis d’«appuyer les exportations dans les deux secteurs (pêche et agriculture, ndlr) les plus stratégiques du Sahara occidental et leur croissance, l’emploi et l’investissement». Et de précise que «s’il n’y avait pas eu de préférences tarifaires, selon toute vraisemblance l’augmentation des exportations, de la production et de l’emploi n’auraient pas eu lieu et il est probable qu’une partie très importante de ces activités ait été remplacée par des exportateurs des pays voisins».
La Commission européenne a conclu que l’intégration du Sahara dans les accords avec le Maroc «apporte des bénéfices pour le Sahara occidental et sa population en termes d’exportations, d’activité économique et d’emploi».
Le rapport qui prend le contre-pied des assertions des séparatistes du Polisario a reconnu que «les plans de développement et d’investissement du Maroc ont joué un rôle important dans le développement du Sahara occidental», citant particulièrement les projets du nouveau port de Dakhla, un parc éolien et une usine de dessalement des eaux, «ce qui pourraient donner une impulsion au développement dans la zone».
Pour rappel, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres s’est félicité, dans son rapport remis en octobre 2021 au Conseil de sécurité sur la situation au Sahara, du «développement économique» dans la province.
Cette visite d’une délégation de la Commission européenne et du Service européen de l’action extérieure, au Sahara a été décidée lors du débat du 13 juillet à la Commission du commerce international (INTA) au Parlement européen. Et il faut souligner que son rapport, intervenant trois mois après l’arrêt de la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE), du 29 septembre, annulant les accords de pêche et agricole signés avec le Maroc, représente une victoire diplomatique pour le Royaume.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.