Extradition de J. Assange aux USA: Londres acquiesce en attendant la… Cour

0 21
Extradition de J. Assange aux USA: Londres acquiesce en attendant la… Cour

L’Exécutif britannique s’exécute face à la pression US exercée pour obtenir l’extradition du fondateur de WikiLeaks.
La Justice aura-t-elle une autre attitude ?

Sajid Javid, ministre britannique de l’Intérieur, a annoncé ce jeudi 13 juin sur BBC Radio 4 avoir signé l’ordonnance d’extradition de Julian Assange vers les États-Unis.
Mais désormais, c’est à la Cour de rendre sa décision, comme l’a précisé l’homme politique.

«Il est détenu à juste titre. Une demande d’extradition a été émise par les États-Unis, elle sera examinée par la Cour demain. Mais hier, j’ai signé l’ordre d’extradition, je l’ai certifié, et le document sera présenté à la Cour demain», a-t-il déclaré lors de l’émission Today sur BBC Radio 4.
Et d’ajouter: «Nous avons reçu une demande d’extradition légitime, alors je l’ai signée, mais la décision finale revient à la Cour».

Fin mai, les États-Unis ont formulé 17 nouveaux chefs d’accusation à l’encontre du fondateur de WikiLeaks, affirmant qu’il avait publié illégalement les noms de sources classifiées et assisté l’ancienne analyste militaire américaine Chelsea Manning en vue d’obtenir l’accès à des informations top secrètes.

Si J. Assange, 47 ans, est reconnu coupable, il risque aux États-Unis une peine cumulée de 175 ans de prison.
Il a été arrêté le 11 avril à l’ambassade d’Équateur à Londres, où il s’était réfugié depuis sept ans, dans la crainte d’une demande d’extradition de la part des États-Unis.
Avant d’être condamné au début du mois de mai à près d’un an de prison par la justice britannique pour violation des termes de sa liberté conditionnelle lorsqu’il s’était réfugié à l’ambassade d’Équateur en 2012.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus