The news is by your side.

Faible contribution de la demande intérieure à la croissance

0 21
Cela fait cinq ans que la demande intérieure, principal moteur de la croissance au Maroc, décélère à un rythme de plus en plus accentué. Ainsi, elle a enregistré une faible hausse de 0,9% en 2015 au lieu de 1,2 en 2014, indique le HCP ce lundi.

Dans sa note relative aux comptes nationaux de 2015, le Haut commissariat au plan (HCP) précise que la contribution de la demande intérieure au PIB n’a été que de 1 point contre 1,2% en 2014. Cette faiblesse de contribution est due d’après la même source au ralentissement de la principale composante de la demande intérieure à savoir la consommation des ménages. « Les dépenses de consommation finale des ménages se sont accrues de 2,4% contre 3,5% en 2014 contribuant ainsi pour 1,1 point à la croissance », indique le statisticien du Royaume. Pis, le coup de frein n’a épargné aucune composante de la demande intérieure que ce soit la consommation des ménages ou celle des administrations publiques ou encore l’investissement. Pour ce qui est de la consommation finale des administrations publiques (APU), la même source, indique que celle-ci a enregistré un taux de croissance quasi-identique à celui de 2014, soit 1,9%, contribuant ainsi pour 0,4 point à la croissance. Idem, l’investissement, qui constitue la deuxième composante de la demande intérieure en termes de volume, a lui aussi enregistré un ralentissement. Ainsi, la formation brute de capital fixe a enregistré, pour sa part, une croissance positive de 1,5% au lieu d’un recul de 2,1% l’année précédente, avec une contribution à la croissance de l’ordre de 0,5 point.
S’il y a une interprétation qui peut se faire de ces indicateurs, cela atteste que l’économie marocaine va mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.