Fédération Royale Marocaine de Football : La régulation mode d’emploi

0 35
Salutaire à plus d’une titre est la décision de la mise en oeuvre du “fair-play” financier imposé aux clubs de la Première Division de BOTOLA-PRO à la veille du mercato qui attise les convoitises. Désormais, un club endetté ne peut en aucune manière prétendre au recrutement de joueurs s’il n’éponge pas son passif financier.
A la Fédération Royale Marocaine de Football, les membres de la Commission Fédérale dite de Contrôle de Gestion n’a pas fait dans la dentelle. Présidée par un orfèvre qui a déjà fait ses preuves au ministère des Finances, le sympathique Abdelaziz Talbi pour ne pas le nommer, cette commission n’a rien laissé au hasard: les clubs qui croulent sous les dettes n’ont plus droit au recrutement de joueurs pour renforcer leurs rangs. Des conditions drastiques ont été imposées. Une sorte de’’draft “ à l’américaine pour débroussailler le terrain et en assurer à moyen terme la mutation des clubs en sociétés sportives. L’heure a quand même sonné non uniquement pour se débarrasser du régime associatif amateur dont se nourrit des apprentis sorciers mais aussi pour favoriser l’émergence d’une nouvelle génération de dirigeants.
Interdit aux clubs endettés, le mercato d’hiver prévu à partir du 20 décembre prochain, ne profitera sans aucun doute à de grands clubs tels le Raja et le WAC de Casablanca. Voici par ailleurs ce que la Commission Fédérale de Contrôle de Gestion exige des clubs :
* Une situation de trésorerie au 20 décembre 2016.
• Un état des arriérés de créances et de dettes à la même date et leur plan d’apurement.
• Un budget de trésorerie, mois par mois, en recettes et en dépenses à fin juin 2017.
• Un état de règlement des salaires, des primes de rendement et de signature des joueurs, du staff technique et du personnel administratif.
• Une situation des litiges et des contentieux avec l’estimation des risques financiers encourus. Le club concerné devra pouvoir démontrer sa capacité financière à s’acquitter de tous ses arriérés de dettes, en particulier celles résultant d’une décision de la FIFA et/ou du Tribunal arbitral du sport ou celle résultant d’un jugement en appel par la FRMF. Ce n’est pas tout.
• Le club devra également démontrer qu’il n’a aucune indemnité due à un autre club au titre d’un transfert enregistré à la FRMF et dont l’échéance est arrivée à terme et qu’il a versé toutes les tranches de prime de signature dues au titre de la saison en cours ou d’une saison précédent.
• Il devra aussi fournir les preuves qu’il a réglé aux joueurs toutes les primes de rendement dues au titre de la saison en cours ou d’une saison antérieure, ainsi que tout engagement financier (salaire, prime de match contractuelle, avantage en nature) figurant sur un contrat sportif déposé à la Fédération royale marocaine de football.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus