La FGD décline ses options économiques: Sans chiffres…

0 86
Que ceux qui s’attendaient à voir la Fédération de la gauche démocratique (FGD) aligner des chiffres pour mieux décliner son offre économique ravalent leur curiosité. Le programme économique de la FGD ne repose que sur des principes : diversification de l’économie, lutte contre la rente, révision des accords de libre échange viciés, durabilité… Les leaders du PADS, du PSSU et du CNI, groupés au sein de la FGD, ont décliné le programme économique commun pour les législatives du 7 octobre prochain. Il propose la mise en place d’une économie forte, solidaire, respectueuse de l’environnement et consacrant les valeurs de la citoyenneté. Dans son programme économique électoral, la Fédération appelle à la nécessité de renforcer le rôle de l’Etat en tant qu’acteur économique stratégique tout en adoptant, selon une approche participative, un plan national pour la mise en place d’une économie productive et solidaire. Les constituantes de la Fédération ambitionnent de diversifier l’économie nationale à travers des pôles intégrés et harmonieux (secteur public, secteur privé, économie sociale et solidaire), de réviser les accords de libre échange ayant eu des effets négatifs sur le tissu industriel national et contribué à l’aggravation du déficit budgétaire et l’endettement, de lutter contre l’économie de rente et mettre un terme à toutes les formes d’abus et de dilapidation de deniers publics. Plus, il également question de mettre en place une réforme du système bancaire et du marché financier (bourse), une révision des tarifs des services bancaires, outre une réforme de la politique monétaire qui soit du ressort du gouvernement. Pour l’agriculture, le programme insiste notamment sur la nécessité d’œuvrer pour atteindre l’autosuffisance alimentaire, développer la politique industrielle du secteur et renforcer le contrôle des opérations d’importation. Quant au secteur industriel, le programme de la Fédération ambitionne de mettre en place une politique industrielle nationale ciblant les secteurs à forte valeur ajoutée en vue de créer des emplois, de diversifier les partenaires économiques, de renforcer la flotte marchande et de pêche et de promouvoir les petites et moyennes entreprises (PME), notamment à travers la formation, le financement et la commercialisation. Le succès de tous ces chantiers reste, in fine, tributaire de la gouvernance. Et dans ce cadre-là, le programme propose d’élargir les prérogatives des collectivités territoriales en vue de garantir leur contribution directe et effective dans tous les domaines économiques, sociaux et environnementaux.
Un plan national de réhabilitation du monde rural est aussi envisagée par la FDG. Il vise à encourager les collectivités locales à la création de coopératives et à l’activation des lois relatives à la lutte contre la pollution et à la préservation de l’environnement.
Dommage que de pareilles têtes de chapitre n’aient pas été enrichis d’objectifs chiffrés à moyen et long termes. Cela aurait apporté plus de crédibilité à une offre qui n’est pas à dédaigner.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus