Finances publiques en 2016: Allègement du déficit budgétaire de 3 milliards Dhs

0
Les finances publiques ont connu un certain répit en 2016. Bien qu’encore élevé, le déficit budgétaire au titre de l’année écoulée a été allégé de 3 Mrds Dhs comparativement à 2015 en atteignant 41,6 Mrds Dhs à fin décembre, contre 44,6 MMDH. Dans le détail, la situation provisoire des charges et ressources du Trésor arrêtée à fin décembre 2016 laisse apparaitre une hausse des recettes ordinaires de 3,5% et une baisse des dépenses ordinaires émises de 2,4%, dégageant ainsi un solde ordinaire positif de 12,3 Mrds Dhs. Les recettes ordinaires se sont établies ainsi à 214,7 Mrds Dhs contre 207,4 Mrds Dhs à fin décembre 2015, principalement due à la hausse des impôts directs de 4,9%, des droits de douane de 17,6%, des impôts indirects de 2%, des droits d’enregistrement et de timbre de 3,1% et par la baisse des recettes non fiscales de 0,4% provenant notamment de la baisse des versements effectués par la CDG (-340 M Dhs), Maroc Télécom (-221 M Dhs) et Bank Al-Maghrib (-216 M Dhs). Il est à noter à ce niveau qu’avec des recettes de 53 Mrds Dhs, la TVA constitue la première source des recettes du budget de l’Etat. Côté emplois, et sur la base des émissions (ordonnances ou mandats visés), les engagements de dépenses, y compris celles non soumises au visa préalable d’engagement, se sont élevés à 410,7 Mrds Dhs, représentant un taux global d’engagement de 81% contre 82% à fin décembre 2015. Le taux d’émission sur engagements a été de 92%, soit le même taux un an auparavant. Les dépenses émises au titre du budget général ont été de 299 Mrds Dhs à fin décembre 2016, en baisse de 1,4% par rapport à leur niveau à fin décembre 2015, en raison de la diminution de 2,7% des dépenses de fonctionnement et de 12,5% des charges de la dette budgétisée, conjuguée à la hausse de 18,2% des dépenses d’investissement à 61,8 Mrds Dhs à fin décembre. La diminution des charges de la dette budgétisée s’explique par la baisse de 20,1% des remboursements du principal (34 Mrds Dhs contre 42,9 Mrds Dhs) et de 0,3% des intérêts de la dette (26,7 Mrds Dhs contre 26,8 Mrds Dhs). Les dépenses de fonctionnement émises se sont établies à 176,2 Mrds Dhs, dont 104,3 Mrds Dhs ont concerné les traitements et salaires qui enregistrent une hausse de 1,3%. Les dépenses de matériel ont augmenté de 7,4% (37,5 Mrds Dhs contre 34,9 Mrds Dhs) et les charges communes ont enregistré une baisse de 20,6% (34,3 Mrds Dhs contre 43,2 Mrds Dhs) en raison de la diminution de 43% des émissions de la compensation (11,9 Mrds Dhs contre 21 Mrds Dhs). A fin décembre 2016, le taux de couverture des dépenses ordinaires par les recettes ordinaires a été de 106,1% contre 100,1% un an auparavant. Ainsi, à fin décembre 2016, 48,6% de ces recettes ont été consacrées aux dépenses de personnel, 27,5% aux dépenses de matériel, 12,5% aux charges en intérêts de la dette et 5,7% à la compensation. Ainsi, une partie des dépenses émises au titre du budget de l’Etat a été financée principalement par le recours à l’emprunt. Compte tenu d’un besoin de financement de 35,9 Mrds Dhs et d’un flux net positif du financement extérieur de 2,3 Mrds Dhs, le Trésor a eu recours au financement intérieur pour un montant de 33,7 Mrds Dhs.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus