The news is by your side.

Football : La FRMF jette son dévolu sur un DTN belge

0 132

Présenté vendredi au Centre national Mohammed VI de football à Maamoura (près de Salé), le technicien (62 ans) a notamment officié es qualité de directeur technique de la Belgique de 2015 à 2018, puis de la Chine jusqu’à juin 2022. Il a exercé, auparavant, en tant que manager ou entraîneur assistant dans plusieurs clubs et ce, depuis 1993.

A cette occasion, Faouzi Lekjaa, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), est revenu sur la vision de développement du football marocain, à travers laquelle se dessinent les missions de la DTN pour l’étape à venir. En soulignant que le point de départ a été la mise en place du Centre national Mohammed VI de football, étant donné l’importance des infrastructures sportives dans la concrétisation des stratégies en la matière.

Le président de la FRMF a, également, dévoilé l’intention de revoir à la baisse l’âge de début de formation, qui est actuellement de 15 ans, pour le ramener à 11-12 ans. Pour cela, un projet, qui est en cours, vise la mise à profit des terrains de proximité dans les quartiers des différentes villes marocaines, tout en formant d’anciens joueurs pour qu’ils assument l’encadrement des jeunes à ce niveau, a-t-il expliqué.

Il s’agit, également, d’accompagner les clubs dans leur travail d’encadrement des jeunes et de les doter tous de centres de formation, a-t-il fait savoir, préconisant la mise en place au niveau de la DTN d’une cellule chargée exclusivement de la gestion de ce type de centres. L’objectif principal de la DTN sera d’inscrire la dynamique que connaît le football national dans la durabilité, la pérennité et le professionnalisme total, a insisté le responsable.

C. Van Puyvelde est intervenu en mettant l’accent sur le respect envers tous ceux qui travaillent dans le football, le travail collectif et la nécessité d’observer avant de recruter. « Il est possible que le Maroc soit le premier pays en Afrique. Dans la vie, il faut rêver. Quand j’étais en Belgique, nous avons rêvé d’être les premiers au monde et on l’a fait. Alors pourquoi on ne peut pas le faire ici »,a-t-il dit. “On a des challenges, mais quand on veut réussir dans la vie, on aura de temps en temps des difficultés, mais à la fin les résultats couronneront le processus”, a-t-il ajouté.

“Il y a beaucoup de talents, mais à la fin c’est la performance qui compte et celle-ci vient avec les détails. Quand on va à la Coupe du Monde, comme j’ai fait avec la Belgique, c’étaient les détails qui décidaient. Mais pour faire ça, il faut une éducation sur le long terme”, a-t-il expliqué. “Il faut aussi réunir les gens qui veulent soutenir ce magnifique pays”, a fait savoir C. Van Puyvelde, ajoutant “dans ma philosophie, les joueurs sont la norme et autour d’eux il faut créer une plateforme avec tous les gens qui veulent les aider à réussir leur carrière”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.