Football: Marché de dupes à la FRMF… 

Depuis son élection à la tête de la Fédération Royale Marocaine de Football,  Faouzi Lekjâa fait des finances de cette structure une affaire personnelle. Pas de budget prévisionnel adopté lors de l’assemblée générale ni reddition des comptes. Le cas des avis d’appels d’offres lancés au nom de la FRMF est très controversé. 

Les fédérations sportives ont un statut sui  generis : elles sont investies de la participation à une mission de service public de par leur habilitation et leur reconnaissance d’associations reconnues d’utilité publique.  La FRMF en fait partie et un arrêté de la  Cour de Cassation de 2014 considère que les actes de la FRMF sont des actes à caractère administratif de droit public.

Voilà donc  les considérants qui astreignent la FRMF à lancer les avis d’appels d’offres en vertu du code des marchés publics tel qu’il a été modifié et complété en 2017. Cependant, F. Lekjâa contourne les textes en vigueur et allègue que les avis d’appels d’offres sont lancés en vertu des statuts de la FRMF dans lesquels,  il n y a aucune disposition inhérente aux dits avis d’appels d’offres. Une fourberie pour éviter de publier les avis d’appels d’offres sur le site officiel des marchés publics. 

S’il y a un président de fédération qui doit donner l’exemple en matière de transparence et de respect des textes qui régissent les finances,  c’est bien F. Lekjâa de par sa fonction de directeur du budget de l’Etat. Hélas,  au lieu de donner l’exemple, il se donne en spectacle, qui plus est de mauvaise facture, sans que la hiérarchie ne daigne le rappeler à l’ordre ! 

Beaucoup de zones d’ombres planent encore sur les recettes et les dépenses ordonnées par F. Lekjâa. Jusqu’à présent,  il n’a pas rendu les comptes de plus de 2 milliards de dirhams devant l’assemblée générale quant aux marchés pour doter des stades en gazon synthétique, des centres de formation et du Centre Maamoura, rebaptisé  Centre Mohammed VI. 

Avec le ministre de la Jeunesse et des sports,  F. Lekjâa ordonne même les subventions allouées aux fédérations sportives en commençant par la FRMF qu’il préside. Une entorse à l’article 36 de la Constitution. Qu’en pensent et le chef du gouvernement et son ministre des finances et de l’Economie ?

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus