Football: Une BOTOLA sans queue ni tête, ni fair-play sportif 

La reprise des compétitions footballistiques par la FRMF a été décidée sans qu’elle ne soit l’objet de délibérations de l’organe compétent de cette fédération. Si des mesures et précautions sanitaires ont été prises, le fair-play sportif par lequel on entend la concurrence loyale est faussé. Le cas de la BOTOLA PRO de Première division en est la preuve.

0 5 693
Football: Une BOTOLA sans queue ni tête, ni fair-play sportif 

Minée par les conflits d’intérêts, la FRMF, ses ligues et ses cliques ne sont pas régies par des statuts et des règlements cohérents qui obéissent à l’esprit des pouvoirs et contre-pouvoirs, bref au sacro-saint principe de la séparation des pouvoirs. C’est là où réside la contradiction principale et qui fait de la FRMF un foutoir fédéral. Le dernier communiqué rendu public au nom de la FRMF prétend que les organes d’arbitrage sont neutres et indépendants. Faux, les membres de ces organes sont choisis sur le tri par le président du Comité Directeur Fédéral et non en vertu d’un process électoral de candidatures ouvertes et élues par l’Assemblée Générale. Un communiqué qui contredit ce que Faouzi Lekjâa a déclaré récemment en affirmant qu’il va veiller personnellement à la programmation ! 

L’absence d’une sentence de la Commission de Discipline depuis six mois  DHJ-RCA en dit long sur les organes d’arbitrage de la FRMF qui tardent à se prononcer sur les litiges. La prétendue fuite de la missive de la Commission de Programmation de ladite Ligue Professionnelle transmise à la Commission de Discipline de la FRMF a démontré que derrière ces contradictions, le fair-play sportif est faussé du fait des conflits d’intérêts manifestes des dirigeants. Pourquoi cette commission de programmation de la ligue professionnelle a mis six mois pour rappeler la commission fédérale de discipline à statuer sur le match non-joué du DHJ vs RCA ? N y a-t-il pas de complicité entre le président de la FRMF et de la Ligue dite Professionnelle ?

En dépit de cela, Faouzi Lekjâa persiste à se voiler la face. Le fait de décider d’ouvrir une prétendue enquête judiciaire pour dévoiler le pot-aux-roses d’un courrier qui aurait ‘’fuité’’ n’est qu’une fuite en avant pour contourner les contradictions du système fédéral faisandé. 

Le fair-play sportif est incontestablement faussé car comment expliquer la reprise des matches aller du championnat sans homologuer les matches-retour ? Qui empêche la Commission de Discipline de prononcer sa sentence avant la mise à jour de tous les matches ? Que fera-t-on si demain le Raja sera obligé de saisir le TAS ? La course pour le sacre du championnat ne concerne pas uniquement le WAC et le Raja. Entre les deux clubs casablancais, il y a aussi la Renaissance Sportive de Berkane qui a commencé le championnat sur les chapeaux de roue. 

Inutile de continuer à essayer de comprendre ce qui se trame dans le football marocain car tout est spécieux sportivement, financièrement et juridiquement !

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus