The news is by your side.

Francophonie et sciences : L’Académie internationale se fixe au Maroc

0 238

L’annonce a été faite par Slim Khalbous, recteur de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), à l’ouverture de la 1ère édition de la semaine de la francophonie scientifique, organisée du 21 au 24 septembre à Bucarest, par cette Agence, indique vendredi un communiqué du ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.
« Le Maroc a été élu pour héberger l’Académie internationale de la francophonie scientifique. Cette nouvelle entité permettra une structuration de la vision académique et scientifique de la Francophonie et s’articulera autour de 3 pôles stratégiques : la veille, la gouvernance et les publications scientifiques », précise le communiqué, citant S. Khalbous, qui s’exprimait en présence de Sorin Cîmpeanu, président de l’AUF et des ministres en charge de l’enseignement supérieur dans l’espace francophone.
« Le Maroc, avec la bénédiction de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, aura l’honneur d’abriter l’Académie Internationale de la Francophonie Scientifique, première mondiale en son genre, pour promouvoir le multilatéralisme scientifique et soutenir la coopération solidaire et génératrice de valeur dans le monde francophone », s’est félicité, pour sa part, Saaid Amzazi, ministre de l’Education nationale, précise le communiqué.
Intervenant par visioconférence, à la 5-ème Conférence des ministres de l’enseignement supérieur de l’espace francophone, tenue le 22 septembre, S. Amzazi a souligné que « les relations entre le Maroc et l’AUF ont connu un bond significatif, depuis la signature, au mois de mars dernier, de l’accord-cadre de coopération qui a permis d’établir une feuille de route triennale, riche en actions en faveur de la promotion des valeurs du multiculturalisme scientifique », relève la même source.
De même, et en parallèle aux travaux de la Semaine de la francophonie scientifique, la présidente de l’université Hassan II de Casablanca a été élue en tant que membre représentante universitaire au sein du nouveau conseil d’administration de l’AUF, durant la période 2021-2025, ainsi que le président de l’université Sultan Moulay Slimane de Béni Mellal, Nabil Hmina, en tant que membre suppléant, a souligné le communiqué.
La Semaine de la francophonie scientifique, à laquelle le Maroc était représenté par une délégation académique de haut niveau, en présence de Hassan Abouyoub, ambassadeur du Royaume à Bucarest, comprenait notamment la 18-ème assemblée générale quadriennale de l’AUF, avec le dévoilement de sa nouvelle stratégie 2021-2025, les premières assises de la francophonie scientifique, le lancement du premier livre blanc de la francophonie scientifique et les célébrations du 60-ème anniversaire de l’Agence (1961-2021).
A cette même occasion, Mohamed Khalfaoui, secrétaire général du département de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a participé, le 22 septembre à Bucarest, aux 1-ères Assises de la francophonie scientifique, dans l’atelier portant sur « Recherche et développement, Innovation et action ». A cette occasion, il a appelé à encourager la mise en place de structures de valorisation et d’accélération du transfert de technologie, à la création d’un fonds de recherche francophone, destiné à appuyer, notamment, les pays du sud pour la promotion de la recherche scientifique et de l’innovation et à la mise en place du classement des universités membres du réseau de l’AUF, afin de créer de l’émulation et renforcer le rayonnement de ces dernières.
Ces assises ont, également, connu la participation de N. Hmina et de Anass Bennani, directeur de la Coopération et du Partenariat au ministère, dans l’atelier relatif à la thématique « Employabilité et entrepreneuriat », pour présenter les efforts consentis par l’université marocaine en faveur de la promotion de la culture entrepreneuriale parmi les étudiants et les actions favorisant l’employabilité de ses lauréats, telles que soutenues par la loi-cadre 51-17 relative au système d’éducation, de formation et de recherche scientifique.
Il a été donc question de mettre en exergue les principales lignes directrices du système du Bachelor, qui sera mis en œuvre à partir de la présente rentrée universitaire (2021-2022) et qui accordera désormais une place de choix aux Soft Skills, ainsi que les mesures et les structures d’accompagnement mises en place pour assurer une insertion réussie des lauréats dans le marché de l’emploi.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.