Un GIGN algérien à un milliard de dollars !

0
Le Général-major Abdelghani Hamel qui officie à la tête de la police algérienne dote la DGSN d’un corps d’élite en tous points semblable au GIGN français. Pour la constitution de cette équipe de choc dotée d’équipement « high-tech », pas moins d’un milliard de dollars a été mobilisé. Pour la formation de cette élite de la DGSN, A. Hamel, dit le « Ben Ali algérien », a eu recours à l’expertise de la France (GIGN) et des Etats-Unis (SWAT). Au-delà de la formation de pointe recherchée, l’acquisition du matériel à la pointe de la technologie s’est également réalisée auprès de ces deux pays avec lesquels la coopération évolue de plusieurs crans. On est donc loin de la reproduction du schéma classique du recours systématique à la Russie par les généraux algériens. L’heure est celle de la diversification. Cela expliquerait, peut-être, les raisons qui poussent les généraux algériens à regarder d’un mauvais œil leur frère d’armes de Tlemcen A. Hamel. Loin d’être un simple élément du décor politique, le général-major qui pilote fermement le navire DGSN est réputé être puissant et influent. Le successeur du colonel Ali Tounsi, assassiné en 2010 dans des circonstances très difficiles, a su s’imposer et réorganiser la police. Aujourd’hui, la police algérienne est une institution de plus en plus puissante

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus