Glaciation des rapports entre Moscou et Washington : Le gel touche Paris…

Le dossier syrien envenime les relations entre Moscou et les pays occidentaux. Après la glaciation des rapports entre la Russie et les Etats Unis d’Amérique, le ton est désormais à la menace, voilà que le gel atteint aussi la voie diplomatique avec Paris.
Le président russe Vladimir Poutine a accusé jeudi la France d’avoir cherché à « envenimer la situation » en forçant la Russie à opposer son veto au projet de résolution à l’ONU sur l’arrêt des bombardements en Syrie. Les Français ont déposé « une résolution, tout en sachant qu’elle ne serait pas adoptée, pour obtenir un veto (de Moscou), envenimer la situation et attiser l’hystérie autour de la Russie », a déclaré Vladimir Poutine, alors qu’il s’exprimait dans le cadre d’un forum économique à Moscou. Le président russe, a décidé de reporter sa visite à Paris pour protester contre les déclarations de F. Hollande et de son ministre des Affaires étrangères. Il s’est déclaré toutefois disposé à faire le déplacement lorsque «le Président français se sentira à l’aise». Si François Hollande a déclaré qu’il ne se sentait pas très à l’aise pour le recevoir. Jean-Marc Ayrault, chef de la diplomatie française, a cru bon de préciser que «le président Hollande ne recevra pas son homologue russe pour de simples mondanités et que s’il vient à Paris, ce sera pour dire des vérités». J.M Ayrault a également confirmé que la France entendait saisir la Cour pénale internationale (CPI) sur les crimes de guerre commis à Alep, où la Russie participe à une offensive aux côtés de l’armée de Bachar Al Assad en vue de reprendre la ville aux rebelles syriens. «Il y a des faits constitutifs de crimes de guerre. Après, il faut dégager des responsabilités.» Déclarations qui, on s’en doute, ne pouvaient qu’excéder l’homme fort du Kremlin. Les responsables français l’accusent de non seulement soutenir Bachar Al Assad, mais de participer au pilonnage intensif de l’opposition armée, notamment à Alep.
Il y a lieu de rappeler que les relations entre Paris et Moscou se sont détériorées depuis la guerre contre la Géorgie. Episode conflictuel auquel s’est ajouté l’annexion de la Crimée et la guerre en Ukraine. Paris ayant choisi l’option des sanctions économiques et diplomatiques contre la Russie.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus