Perspective MED
Actualité à la une

Grand nettoyage à la Santé : Une opération «mains propres» d’Anass Doukkali ?

Qu’est-ce qui se passe au sein du ministère de la Santé où une vaste opération de mutations a touché plusieurs hauts responsables opérant dans diverses régions ? En parallèle, on notre aussi que le ministère a lancé une procédure de recrutement/remplacement de 5 directeurs centraux et de deux directeurs d’institutions.

Opération qui concerne l’Institut Pasteur, le CHU Mohammed VI de Marrakech et les directions de la population, des médicaments et de la pharmacie, de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies, des hôpitaux et des soins ambulatoires et, enfin les ressources humaines. Pour chaque poste, trois candidats ont été proposés au ministre, accompagnés d’évaluations et de dossiers complets. Au ministère, un communiqué justifie ces opération en soulignant que cette vague de changements qui a touché tous les directeurs centraux et régionaux a été enclenchée « afin d’apporter du sang neuf ».

Mais ce qui retiendra l’attention n’est autre la réalisation par le département des inspections au niveau de divers services, opération suivie par la transmission de deux rapports d’inspection à la Cour des comptes. Opération dont a été affranchi aussi le chef du gouvernement. Ces deux rapports concernent la gestion du secteur des médicaments et la délivrance des autorisations de mise sur le marché (AMM), annonce un communiqué du ministère. Le département invoque les dispositions de la loi 62-99 relative aux juridictions financières. Le ministère dément ainsi les informations relatives à l’existence d’un ou de plusieurs dossiers transmis à la justice concernant les secteurs du médicament et la délivrance des AMM. Informations mettant en cause l’ancien directeur du médicament.

Le département chapeauté par A. Doukkali précise que les différents départements du ministère ont subi plusieurs inspections, notamment de la part de la Cour des comptes, sans que celles-ci ne mettent en relief des infractions relevant du droit pénal.

S’agit-il d’une opération « main propres » autour de laquelle le département n’entend pas faire de vagues ?

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More