The news is by your side.

Gravures rupestres : Bir Gandouz s’offre un site ad-hoc

0 168

Cette infrastructure culturelle qui a mobilisé un montant global d’un million de dirhams, a été inaugurée dans le cadre de la célébration du 46ème anniversaire de la Marche Verte, par une délégation conduite par Abderrahmane El Jaouhari, gouverneur de la province.
Initiée par la direction régionale de la culture, en collaboration avec l’Association marocaine d’art rupestre (AMAR), cette conservation érigée sur une superficie de 365 m², constitue une plaque tournante quant à la valorisation, la reconnaissance, la protection et l’encouragement de la diffusion des connaissances sur le patrimoine culturel de la province d’Aousserd.
Cette Conservation s’assigne également pour objectif de mettre en exergue le patrimoine archéologique et de gravures rupestres de la province d’Aousserd, qui témoignent de l’occupation humaine de cette région d’une façon presque continue depuis le paléolithique jusqu’au néolithique et aussi pendant les périodes protohistoriques.
La structure comporte une salle réservée à la culture paléolithique et une exposition des objets lithiques acheuléens découverts dans plusieurs sites à Aousserd, recueillis lors des travaux d’inventaires des sites archéologiques, dont l’objectif est d’élaborer un Atlas du patrimoine culturel et naturel de la province.
La seconde salle est réservée à la culture néolithique, où sont exposés les outils lithiques (lames, lamelles, pointes et pointes de flèches…) et les outils de broyages (haches polies, meules et molettes…), ainsi que les éléments de parures (rondelles sur tests d’œufs d’autruches), en plus de quelques éléments céramiques. Deux posters détaillents les sites d’art rupestres et des grandes nécropoles de la province d’Aousserd.
A l’extérieur de la conservation, les types emblématiques des monuments funéraires les plus répandus à Aousserd ont été construits en miniatures, en l’occurrence les tumulus à antennes, tumulus à chapelle, tumulus à stèles, tumulus à couloir et les tumulus circulaires.
Aïcha Oujaa, enseignante à l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP) à Rabat, a souligné que la province d’Aousserd constitue un véritable musée à ciel ouvert, étant donné qu’elle dispose d’un patrimoine archéologique et de gravures rupestres importants. Elle a indiqué que les travaux de recherches archéologiques entamés depuis 2014 ont permis d’inventorier et documenter 36 nécropoles avec plus de 1 736 monuments funéraires et 219 dalles gravées regroupées dans une dizaine de sites, ainsi que 17 sites archéologiques paléolithiques et néolithiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.