Guerre contre Daech à Minbej : les ratés de la coalition

0
Au lendemain des bombardements de la coalition anti-EI qui ont coûté la vie à plusieurs dizaines de civils en Syrie, Washinton a promis la « transparence ». Ashton Carter, secrétaire US à la Défense a promis, mercredi 20 juillet, de jouer la carte de la « transparence » sur les bombardements de la coalition qui ont fait, mardi dernier, des dizaines de victimes civiles lors d’un raid sur Minbej. Le décompte fait par l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH, basé à Londres) évoque 56 morts. « Nous allons enquêter » sur ces accusations et « nous serons transparents là-dessus », a déclaré Ashton Carter, à l’issue d’une réunion des ministres de la Défense de la coalition sur la base aérienne d’Andrews, en banlieue de Washington. « Nous continuerons à faire tout ce que nous pourrons pour protéger les civils » pendant les bombardements, a-t-il ajouté.
La coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenue par la coalition anti-EI en Syrie mène depuis le 31 mai une bataille cruciale et difficile pour reprendre à Daech la ville-clé de Minbej, entre la frontière turque et Raqqa, bastion de l’organisation terroriste Etat Islamique .
Dans une « lettre urgente aux chefs de la diplomatie des pays membres de la coalition anti-EI », le principal groupe d’opposition syrien a appelé mercredi la coalition à suspendre ses frappes après ces raids « afin de permettre une enquête approfondie ».
« Nous pensons que de tels incidents montrent qu’il y a une grande faille dans les règles opérationnelles actuelles suivies par la coalition lorsqu’elle mène des frappes dans des zones peuplées », a indiqué l’opposition syrienne qui fait « assumer à la coalition l’entière responsabilité des crimes à Minbej », évoquant de son côté le chiffre de 125 civils tués mardi.
Le président de la Coalition de l’opposition syrienne, Anas al-Abdé, a prévenu que la mort de Syriens à cause de la coalition internationale « ne ferait que les pousser davantage vers le désespoir et […] et représenterait un moyen de recrutement pour les organisations terroristes ».
Les responsables militaires de la coalition, qui répètent souvent qu’ils font la campagne de bombardements la plus précise de l’histoire grâce aux munitions guidées au laser ou par GPS, n’ont reconnu officiellement pour l’instant que quelques dizaines de victimes civiles. Mais des ONG estiment que le bilan est bien plus lourd. L’ONG Airwars, basée à Londres, estime ainsi que les quelque 14 000 bombardements de la coalition ont tué au moins 1 422 civils depuis août 2014.
C’est dans ce contexte que le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a réuni près de Washington une trentaine de ses homologues étrangers, dont le Français Jean-Yves Le Drian et le Britannique Michael Fallon, pour évaluer la lutte contre l’EI.
Le patron du Pentagone a promis de « détruire la tumeur mère de l’EI en Irak et en Syrie » et de « combattre les métastases de l’EI partout où elles se déclarent dans le monde », en allusion aux attentats qui se multiplient en Europe.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus