Guerre de succession en Afrique du Sud : Un Zuma cache l’autre…

0
La course à la succession au président Jacob Zuma se précise. La puissante Ligue des femmes du Congrès national africain (ANC), parti au pouvoir, a officiellement apporté son soutien à Nkosazana Dlamini-Zuma, présidente sortante de la commission de l’Union africaine, pour prendre la tête de l’ANC. Une prise de position qui intervient contre l’avis de l’ANC. En décembre, le parti au pouvoir doit élire son prochain dirigeant qui sera quasi assuré de devenir président du pays lors des élections générales dans deux ans. Pour la puissante organisation, il est temps qu’une femme devienne présidente du mouvement.
Ce soutien a enragé le Secrétaire général de l’ANC qui tente d’unifier un parti profondément divisé entre ceux qui soutiennent Jacob Zuma et ceux qui veulent une réforme de l’organisation. Les alliés du chef de l’Etat soutiennent Dlamini-Zuma tandis que les réformistes soutiennent une candidature du vice-président actuel, Cyril Ramaphosa. Si l’élection du président de l’ANC ne se déroulera pas avant la fin de l’année, l’appui de la Ligue des femmes est d’ores et déjà perçu comme une offensive de la faction pro-Zuma.
Nombreux analystes estiment que le chef de l’Etat va tout faire pour influencer l’élection de son successeur et éviter un candidat qui ne serait pas un allié et qui pourrait le laisser vulnérable face à la justice. Jacob Zuma est en effet ébranlé par une série de scandales de corruption dont le pouvoir judiciaire s’est déjà saisi. Erodant de plus en plus le capital symbolique de l’ANC auprès d’un large pan de la société.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus