The news is by your side.

Haliopolis, agropole ou zone logistique ?

12

Les mauvais calculs de Med-Z

 
Pour pallier le manque à gagner charrié par un investissement inconsidéré dans le projet Haliopolis dédié à la valorisation des produits de la mer, Med-Z change de stratégie. L’usufruit à tirer d’un aménagement coûteux de la zone ne saurait se réaliser qu’en y intégrant d’autres secteurs. Agro-industrie et logistique sont ciblés. L’affaire est-elle pliée pour autant ?
 
Med-Z, bras immobilier de la CDG, cultive bien des ambitions. Notamment en matière de mobilisation du foncier au profit des investisseurs. Rien de plus logique que de chercher à accompagner une dynamique de croissance dans laquelle le secteur privé représente, comme souhaité, la véritable locomotive. Mais voilà, « celui qui additionne seul se retrouve avec des chiffres en plus », comme le résume l’adage. En d’autres termes, le Top Management de Med-Z se projette dans des supputations sans tenir compte des avis des opérateurs « ciblés » par l’aménagement de parcs industriels. Dans le Souss, l’échec de la démarche de Med-Z est patent. Ce qui, faut-il le rappeler, induit des pertes sèches pour les deniers publics. Haliopolis, projet grandiose qui a mobilisé plusieurs millions de dirhams, n’a pas réussi à décoller. Quand bien même l’opérateur a tout fait pour assurer la délocalisation des unités de transformation du poisson vers ce site. La raison est bien simple. D’abord, le prix est jugé, encore aujourd’hui, assez prohibitif pour freiner les ardeurs des opérateurs. « On ne pourrait jamais entrer dans nos frais si on déménage notre activité pour nous réinstaller à Haliopolis », indiquent nombre de conserveurs démarchés par les représentants de Med-Z. Ensuite, et c’est une aberration en soi, les lots proposés aux industriels de la pêche sont unanimement jugés sous-dimensionnés. Ce qui renforce davantage les réticences des opérateurs de la région. Et last but not least, Haliopolis est excentré et charrie dans son sillage des complications à n’en plus finir pour la gestion du transport des ouvriers.
Résultat des courses, lancé en grande pompe depuis quelques années déjà, Haliopolis n’a pas réussi à faire le plein de projets, comme le laissait entendre le Top Management de l’aménageur. « Seules deux unités y ont élu domicile », signale-t-on auprès de l’Union locale de la CGEM. Il s’agit d’une conserverie et d’un fabriquant d’emballage métallique. Passé le stade d’euphorie, Med-Z cherche, aujourd’hui, à minimiser les pertes. En cherchant à transformer cette zone, naguère dédiée exclusivement à la valorisation des produits de la mer, en une agropole doublée d’une zone logistique. Reste à savoir si le retour sur investissement sera au rendez-vous pour conforter les responsables de Med-Z dans leur optimisme de bon aloi. Celui-là même qu’ils affichent lorsqu’ils évoquent d’autres sites aménagés à Meknès et Berkane…
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :