The news is by your side.

Hydrocarbures iraniens pour le Liban : Opération de «communication» du Hezbollah, selon Washington

0 280

« Le pétrole d’un pays soumis à de nombreuses sanctions comme l’Iran n’est vraiment pas une solution durable à la crise énergétique du Liban », a déclaré Ned Price, porte-parole du département d’État. « C’est, à notre avis, une opération de communication du Hezbollah qui ne s’implique pas dans une solution constructive au problème » du petit État plongé dans une profonde crise économique, selon lui, rapporte l’AFP.
« Nous soutenons les efforts pour trouver des solutions durables et transparentes qui permettront de régler les graves pénuries en énergie et en pétrole du Liban », a prétendu N. Price, dont le pays ne se donne pas de peine d’exempter le Liban des sanctions pour alléger sa crise.
Il n’a toutefois pas évoqué d’éventuelles sanctions US contre le Liban, rappelant que le président Joe Biden était favorable à une levée des sanctions contre l’Iran si Téhéran revenait à la table des négociations pour raviver l’accord nucléaire international signé en 2015.
Ces déclarations US ont coïncidé avec le séjour officiel de Hossein Amir-Abdollahian, ministre iranien des Affaires étrangères, à Beyrouth. Reçu par les officiels libanais, y compris par le Président Miche Aoun, le responsable iranien a eu des entretiens avec Hassan Nasrallah, leader du Hezbollah. Les deux parties ont discuté des derniers développements politiques au Liban et dans la région. Le chef de la diplomatie iranienne a réitéré les constantes de la position iranienne vis-à-vis du Liban et son soutien à tous les niveaux. H. Nasrallah a, pour sa part, remercié la position de la République islamique d’Iran et son soutien aux côtés de l’État, du peuple et de la résistance libanais au cours des dernières décennies jusqu’à aujourd’hui. « L’Iran a prouvé qu’il est un allié sincère et fidèle qui ne laisse pas tomber ses amis peu importe la difficulté des circonstances. Nous sommes pleins d’espoir que le Liban va sortir de la crise qu’il traverse avec la coopération de tous, Incha’Allah », a-t-il affirmé à ses vis-à-vis iraniens.
Le leader du Hezbollah avait annoncé, en août, le départ d’un navire iranien chargé de carburant vers le Liban et des dizaines de camions-citernes transportant le fioul iranien sont arrivés à la mi-septembre via la Syrie pour être distribués à tous les orphelinats, hôpitaux et boulangeries libanaises. Les sanctions US interdisent pourtant à l’Iran d’exporter son pétrole et visent aussi le Hezbollah, classé « groupe terroriste » par Washington.
L’initiative du Hezbollah, dont l’influence est déterminante au Liban, intervient dans un contexte de crise aiguë. La pénurie de carburant frappe les centrales électriques de l’État et les générateurs de quartier, plongeant la population dans l’obscurité pendant de longues heures. La crise énergétique menace même les hôpitaux et leurs équipements.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.