Ikea Maroc: La guerre du KIT n’aura pas lieu

0 53
http://www.dahlstroms.com

Après l’annonce de son installation au Maroc il y a 9 mois, Ikea, leader mondial de l’ameublement a ouvert ses portes aux journalistes dans la perspective d’une ouverture imminente. Le même jour, une décision de l’administration est tombée avec comme impact le gel de l’ouverture au grand public pour des raisons de « Conformité ».    

C’est en avant-première que les journalistes ont été conviés le 28 septembre, à Zenata, à visiter le premier magasin Ikea du pays et deuxième dans un pays africain (Egypte). Filiale du groupe Kowetien Al Homaizi, qui détient les droits d’exploitation de la marque Ikea pour le Koweit, la Jordanie et le Maroc, l’enseigne apporte des solutions d’ameublement étudiées pour répondre aux besoins du plus grand nombre de marocains. La connaissance des besoins des Marocains acquise grâce à la visite de plus de 100 foyers «nous a permis de créer un Ikea humain qui accueille des familles avec leurs enfants, en leur proposant nos dernières solutions d’ameublement qui s’adaptent à leurs besoins et à leurs goûts», a déclaré Marino Maganto, en insistant également sur l’engagement à long terme de Ikea au Maroc. L’enseigne suédoise, déployée sur une superficie de 26 000m2, représente un investissement de 450 MDH et générerait 400 emplois directs et 1000 indirects. Ikea avait choisi de s’implanter à Zenata en raison du devenir programmé de cette région qui inclut notamment un Mall ainsi qu’un grand supermarché, mais surtout  en visant une clientèle venant à 80% de Casablanca et 20% de Rabat. Une sortie d’autoroute a été aménagée à cet effet pour l’accès direct au magasin, et on commençait déjà à mesurer l’impact de cette ouverture en matière de concurrence pour les opérateurs locaux  du marché de l’ameublement, notamment Mobilia et  Kitea.  Du côté de Mobillia, Hasna Idrissi, directrice générale de l’enseigne juge cette ouverture « bénéfique pour le marché » et surtout le consommateur marocain dans la mesure où toute concurrence loyale devrait stimuler le secteur. Elle aborde cette ouverture  avec sérénité et met en valeur les atouts qui feraient la différence : un taux d’intégration de 50% au niveau des produits, mais surtout une « connaissance parfaite » des besoins de la clientèle, acquise au prix de 17 ans d’expérience. Il est difficile de parler, dès à présent, d’une guerre du kit. Même si le report de l’exploitation d’Ikéa, faute de certificat de conformité, renvoie, lui, au dossier du Sahara, l’enseigne suédoise payant les frais des errements diplomatiques de Stokholm. Surtout lorsque le catalogue des produits affiche à bien des égards des écarts de prix considérables par rapport à ceux pratiqués en Europe. Mobilia, comme Kitea, pour ne citer que ces deux enseignes, ont de quoi voir venir.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus