pharmacie france viagra indice de satisfaction acheter viagra chez amazone lasix 40 mg image cialis 5 mg acheter viagra pour homme avec ou sans ordonnance acheter cialis en ligne forum combien coute cialis generique en france achat cialis au fruit j'ai pris un viagra depuis problème d'érection meilleur prix du cialis 5mg boite de 28

Internationalisation de la crise libanaise: Pour qui roule Bechara Raï ? 

Sans gouvernement depuis maintenant six mois, le Liban s’enfonce un peu plus dans la crise. Après l’échec de l’initiative française, le Patriarche maronite Bechara Raï lance un appel à la communauté internationale pour venir en aide au Liban, mais également pour faire pression sur le Hezbollah, estime Mgr Malzoum, représentant du Patriarche.

0
Internationalisation de la crise libanaise: Pour qui roule Bechara Raï ? 

Encore une initiative pour le Liban! Cette fois-ci, elle émane de l’intérieur. Face à l’échec de l’initiative d’Emmanuel Macron, qui s’est heurtée au blocage de la classe politique libanaise, le Patriarche Bechara Boutros Raï a lancé un appel à la communauté internationale. Rassemblant des milliers de personnes à Bkerké, dans le nord de Beyrouth, le Patriarche maronite d’Antioche et de tout l’Orient s’est adressé au peuple libanais: «Vous êtes venus de tout le Liban […] pour soutenir l’idée de la neutralité et celle d’une conférence internationale pour le Liban sous les auspices de l’Onu.»

Officiellement, c’est un appel à l’aide, mais officieusement il est question du rôle du Hezbollah sur l’échiquier politique local et régional. Pour Mgr Mazloum, proche du patriarche, cette initiative est la conséquence de l’immobilisme politique. «Ces derniers temps, le Liban vit une crise très profonde à tous les niveaux et dernièrement nous sommes sans gouvernement depuis six mois. Cette initiative devenait dès lors obligatoire, compte tenu de la situation du pays», explique-t-il .

L’évêque rappelle au micro de Spoutnik l’obligation pour le Liban et le peuple libanais de «sortir de la crise». Depuis la tentative française, le pays est sans gouvernement,  il a littéralement sombré dans une crise sociale et économique aux multiples facteurs. Les partis politiques sont tous d’accord pour la formation d’un gouvernement, mais ne s’entendent pas sur la conception et la manière de le mettre en place. Saad Hariri veut un gouvernement de 18 ministres, l’opposition exige un gouvernement de 20 à 22 ministres, le tandem chiite (constitué du Hezbollah et d’Amal) souhaite le ministère des Finances, le Président Aoun s’attache à défendre les intérêts des chrétiens, alors que d’autres essayent d’étendre leurs prérogatives, à l’instar de Courant du futur de Hariri. Bref, le pays du Cèdre est pour l’heure ingouvernable.

Derrière ce discours qui se veut apolitique, affleure pourtant le spectre des habituelles divisions intérieures. Les Forces libanaises, les Kataeb, le parti druze de Walid Jumblatt et le parti du futur de S. Hariri ont applaudi, si ce n’est soutenu, cette initiative. Le Hezbollah, pointé du doigt par le Patriarche, le parti Amal et le CPL, le parti chrétien du général Aoun –allié aux chiites–, n’ont pas appuyé l’initiative. Une fois de plus, le Hezbollah est la pomme de discorde politique au Liban. Les anciens clivages refont surface.

Le Patriarche maronite ne cache en effet pas ses liens avec l’Arabie saoudite. Dans la semaine précédant son discours à Bkerké, il a reçu Walid Boukhari, ambassadeur saoudien à Beyrouth, en affirmant que «Riyad restera toujours l’ami le plus proche du peuple libanais.» Pourtant, le cœur de son discours est le retour à une «neutralité positive» au Liban, le retour à un non-alignement sur les deux axes, l’un dominé par les États-Unis et leurs alliés –l’Arabie saoudite et Israël– et l’autre dominé par l’Iran. Mgr Mazloum juge le Hezbollah responsable de cette perte de neutralité.

La stabilité du pays découle en effet de sa neutralité vis-à-vis des conflits régionaux. Mais demander l’aide à un congrès international sous l’égide des Nations unies n’est-il pas un moyen de basculer vers le camp d’en face? C’est en tout cas la crainte du Hezbollah.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.