The news is by your side.

Israël en proie aux flammes : La lutte s’organise…

10
Une série d’incendies ravage de très vastes zones dans le nord et le centre du pays forçant des dizaines de milliers d’habitants à fuir. Selon de premières estimations, 900 hectares ont été touchés, soit le plus grave épisode de 2010. Les journaux télévisés diffusent en boucle des images extrêmement impressionnantes d’habitants luttant par leurs propres moyens contre les flammes, ou bien prenant la fuite avec un mince bagage. L’avancée du feu à cette période inhabituelle de l’année a été facilitée par la grande sécheresse régnant depuis plusieurs semaines. Jeudi, le taux d’humidité à Jérusalem n’était que de 4 %. L’électricité a été coupée dans certains faubourgs de la ville côtière d’Haïfa, particulièrement exposée à la catastrophe. Près de 75 000 personnes ont fui à cause de la fumée, dans l’urgence, sans demander leur reste. La région avait déjà été durement touchée en 2010, lorsque le mont Carmel avait été ravagé, causant la mort de 44 personnes. Dans la nuit de jeudi à vendredi, les pompiers ont aussi combattu les flammes en Galilée près de villages arabes, près de Nazareth, ou encore à une quinzaine de kilomètres à l’ouest de Jérusalem, autour du village de Beit Meir, près d’Abu Ghosh, haut lieu touristique. Des avions ont été dépêchés d’urgence depuis la Grèce, Chypre et la Turquie pour aider à circonscrire les foyers d’incendie. Même la Russie a décidé d’envoyer deux bombardiers d’eau Beriev BE-200, tandis qu’un Boeing 747 « supertanker » américain était attendu en renfort vendredi matin. Plusieurs équipes de pompiers palestiniens ont aussi rejoint leurs centaines de collègues israéliens. Deux bataillons de l’armée et des réservistes ont également rejoint les pompiers et les police.
Le Shin Bet (service de sécurité intérieur) a même été saisi de l’affaire. Selon les responsables des services de sécurité, une partie des déclenchements de feu serait volontaire. Près d’une dizaine de personnes ont été ainsi interpellées, mais aucun lien à ce jour n’est établi entre eux. Selon le ministre de la Sécurité publique, près de la moitié des incendies seraient d’origine criminelle, commis par des pyromanes ou pour des raisons liées au conflit israélo-palestinien.
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :