Istanbul frappée au cœur par un triple attentat meurtrier

0
Un triple attentat-suicide a frappé mardi soir le terminal international de l’aéroport Atatürk d’Istanbul, en Turquie. Plus de 41 personnes ont été tuées et 230 autres blessées. Si aucune revendication n’a été faite pour l’instant, les responsables turcs n’ont pas hésité, le Premier ministre en tête, à brandir un doigt accusateur en direction de Daech. Istanbul vient donc d’essuyer le troisième attentat meurtrier en l’espace d’une année.
Le président turc RT Erdogan a rapidement exhorté la communauté internationale à une « lutte commune » contre le terrorisme, dans un communiqué. « Cette attaque, qui s’est déroulée pendant le mois du ramadan, montre que le terrorisme frappe sans considération de foi ni de valeurs », a déclaré le chef de l’État.
D’après les autorités qui ont tenté de verrouiller l’information, des explosions ont d’abord eu lieu à l’entrée du terminal des vols internationaux vers 22 h (19 h GMT). Trois assaillants ont mitraillé des passagers ainsi que des policiers en faction, une fusillade a alors éclaté puis les kamikazes se sont fait exploser.
Un grand mouvement de panique s’est emparé du terminal des vols internationaux lorsque deux violentes explosions et des coups de feu ont été entendus.
En frappant l’aéroport d’Atatürk, les terroristes ont ciblé un lieu symbolique qui bénéficait par ailleurs d’une haute sécurité : « Atatürk est le principal aéroport du pays. C’est aussi une place forte sécuritaire depuis les derniers attentats qui ont frappé la Turquie. Le niveau de sécurité avait été largement renforcé, avec plus d’hommes en civil, plus de policiers, plus de contrôles pour protéger les 60 millions de passagers qui transitent chaque année par là », indique-t-on.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus