« JLSS », l’ami exigeant du Maroc, a tiré sa révérence

Jean-Louis Servan Schreiber qui a investi au Maroc dans l’hebdomadaire « La Vie Economique », aujourd’hui propriété d’Azizz Ahennouch, ministre de l’Agriculture, s’est éteint samedi à l’âge de 83 ans, des suites du Covid-19, à Paris. Ceux qui l’ont fréquenté lors de son passage au Maroc garderont de lui l’image d’un amoureux du Royaume qui a tenté de donner à la presse marocaine une autre dimension. 

0
« JLSS », l’ami exigeant du Maroc, a tiré sa révérence

« JLSS »  frère de Jean-Jacques Servan-Schreiber, fondateur de L’Express en 1953, ainsi que le fils de Émile et le neveu de Robert, pères des Échos où il commença sa carrière en 1960, a marqué de son empreinte la galaxie médiatique française. Et au-delà…

Après un passage aux Etats-Unis, il lança sept ans plus tard, avec le concours de Jean Boissonnat, ancien de La Croix, la revue économique L’Expansion. Ce sera pendant près de 30 ans un groupe puissant et incontournable de la presse économique (L’EntrepriseLa Vie financièreLa Lettre de l’ExpansionLa Tribune…), avant sa revente à L’Express. C’est à cette époque-là qu’il a négocié avec Marcel Herzog, propriétaire de l’hebdomadaire « La Vie économique », unique en son genre à l’époque, une « syndication » qui allait déborder sur un partenariat difficilement négocié (à l’époque, il était difficile pour un étranger de participer à un tour de table dans un media marocain) qui allait prendre une autre dimension avec le contrôle total de la publication. Tout s’est goupille à partir de 1987. « La Vie économique » devait prendre une autre dimension en s’ouvrant sur le champ politique, cédant à L’Economiste, hebdo créé par deux chevilles ouvrières qui ont choisi de changer d’air, l’exclusivité de la chose économique. 

Parti du Maroc la mort dans l’âme (même s’il garda des billes dans un autre titre, TelQuel en l’occurrence, il a embrayé sur un autre succès éditorial, Psychologies Magazine, qu’il a dirigé pendant une dizaine d’années à partir de 1997. « JLLS » était aussi une voix, un visage aux yeux des Français, opérant comme chroniqueur sur France Inter et Europe 1, ou encore animateur sur TF1. Il ne résista pas, à nouveau, à faire jouer sa fibre entrepreneuriale en faisant naître Radio Classique en 1982. 

Au-delà de ses aventures médiatiques, il laisse derrière lui dix-sept essais, dont une majorité ayant trait à l’économie (L’Art du temps : le secret des hautes performancesL’Entreprise à visage humain). Le dernier, Avec le temps (Albin Michel), paru cette année, revient plus longuement sur sa vie, ses réussites, sa vision de la société française, lui, le défenseur actif des Droits de l’homme, fondateur de la branche française d’Human Rights Watch. Un clin d’œil à Ahmed Réda Benchemssi, ancien patron de TelQuel, recycle dans les sphères de HRW est-il superflu ?

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus