Judo : une discipline qui rase les tatamis !

0 73
Il fut un temps où le Judo avait ses lettres de noblesse dans le Royaume. Les champions nationaux collectionnaient les victoires et les médailles. Et leurs déplacements étaient même craints par les adversaires du Continent. Mais depuis que la Fédération actuelle a été mise sous la coupe de quelques agioteurs qui agissent comme des parasites qui se nourrissent sur la bête, il faut croire que cette noble discipline a perdu de son aura… Tel est le message véhiculé par un collectif de judokas en tête desquels on retrouve un nom qui vaut son pesant d’or : Adil Belgaid. Regroupé au sein de la ligue de Salé-Zemmour-Zaier, ce collectif qui regrette l’état de dépérissement avancé de cette discipline olympique impute les échecs répétés sur les tatamis, ici comme à l’étranger, à l’incompétence des hommes d’une Fédération qui ne raisonnent qu’en termes de prébendes à arracher… A défaut de médailles. Il y a quelques jours, à Casablanca, le choix des athlètes marocains mis en compétition face à des judokas africains a été des plus parlants. La Tunisie a brillé de mille feux alors que les judokas marocains n’étaient même pas coachés comme il se doit. Les images retransmises par la télé ont de quoi édifier les uns et les autres quant à l’incompétence de ceux qui sont censés représenter, dignement, une discipline qui fait grand cas de discipline et de modestie. Plus, le Maroc qui a toutes les chances d’être une réelle pépinière de champions des dojos est sous-représenté aux JO de Rio. Et ce n’est pas faute de combattants ! Autant dire qu’il y a quelque chose de pourri dans les arcanes de cette Fédération… Que la tutelle n’arrive pas à mettre au pas pour servir l’intérêt général, celui qui permet au drapeau marocain de flotter haut dans les cieux. Dommage !

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus