The news is by your side.

La BAD réitère son engagement pour le Continent : Le plein de promesses aux assemblées annuelles

0 146

Placées sous le thème « Favoriser la résilience climatique et une transition énergétique juste pour l’Afrique », ces assemblées étaient une occasion de discuter des moyens de faciliter la transition énergétique de l’Afrique dans un contexte marqué par des changements climatiques, dont les répercussions sont déjà remarquables sur les pays du continent. L’Afrique, qui ne représente que 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre, fait face au défi de mobiliser davantage de ressources pour le changement climatique.

Dans ce sens, la Banque a doublé son financement climatique pour le porter à 25 milliards de dollars d’ici 2025, a fait savoir le président de la BAD, Akinwumi Adesina, soulignant que l’Institution consacre actuellement 67% de son financement climatique à l’adaptation. La BAD poursuit son travail pour accroitre la résilience des Etats africains au changement climatique et à d’autres chocs, y compris par exemple le développement encore plus du recours à l’assurance contre la sécheresse, les inondations, la désertification et les cyclones tropicaux pour garantir que les ressources soient disponibles rapidement afin de répondre aux besoins.

La BAD œuvre également à renforcer l’état de préparation et la résilience de l’Afrique aux futures pandémies, notamment en soutenant le développement des infrastructures sanitaires de qualité sur le continent et en encourageant les partenariats qui renforceront la capacité de l’industrie pharmaceutique à fabriquer des vaccins et des produits thérapeutiques sur la base de la sélectivité, des avantages comparatifs de la Banque et ce, en étroite coordination avec d’autres acteurs, fondés sur les cadres stratégiques du Groupe de la Banque, tels qu’approuvés par le Conseil d’administration.

La Banque apporte aussi un soutien ferme et constant pour renforcer l’efficacité du Mécanisme de financement de la préparation des projets d’infrastructure du Nouveau partenariat pour l’Afrique (NEPAD-IPPF) et faciliter l’intégration régionale en application de l’Accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf). Elle œuvre, en outre, à bâtir « une Afrique prospère, fondée sur la croissance inclusive et le développement durable », avec une attention particulière aux questions relatives à la croissance et reprise économique de l’Afrique, aux leçons tirées de la pandémie du covid-19, au changement climatique, à l’énergie et une transition énergétique équitable, à la sélectivité, à la fragilité et l’insécurité, au genre, aux femmes et à la jeunesse, à la gouvernance économique et à la viabilité financière à long-terme de la Banque.

Pour prévenir une crise alimentaire sur le continent africain du fait du conflit en Ukraine, la BAD a débloqué une aide globale de 1,5 milliard de dollars pour aider les pays africains à produire de la nourriture et à le faire rapidement. Un fonds fiduciaire pour l’économie circulaire a été également lancé dans l’objectif de canaliser, de financer et de dé-risquer des modèles d’affaires innovants en matière d’économie circulaire, au-delà de la gestion des déchets.

Pour la prochaine année, les 58è Assemblées annuelles de la BAD se tiendront du 22 au 26 mai à Sharm El Sheikh en Egypte. Ces Assemblées sont l’événement le plus important de la BAD. Elles réunissent environ 3.000 délégués et participants chaque année. Elles permettent à l’institution de faire le point, avec ses actionnaires, sur les progrès réalisés et constituent un forum unique d’échange sur des questions clés concernant le développement de l’Afrique pour les représentants des gouvernements, des entreprises, de la société civile, des groupes de réflexion, des universités et des médias.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.