La BCP dope son capital via ses BPR

La réforme de la Banque Centrale Populaire est en marche. L’adoption du projet de loi dédié ouvre la voie vers le renforcement du groupe bancaire à travers le renforcement de son capital après dilution progressive des parts détenues par les banques populaires régionales.

0
La BCP dope son capital via ses BPR

La Commission des Finances de la première chambre du parlement vient d’adopter le projet de loi 32-20 modifiant et complétant la loi 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc. Un  amendement qui apporte des nouveautés en matière de gouvernance avec l’introduction d’administrateurs indépendants dans les organes de gouvernance, mais également  un changement majeure dans la structure du capital de la BCP. 

En effet, ce projet permet aux banques populaires régionales de se diluer progressivement dans le capital de la BCP, qui elle continuera à détenir 51% du capital des BPR, passant de 51% actuellement à 34% à terme, niveau qui assure la minorité de blocage. 

Lors de la présentation de ce projet, le ministre de l’Economie, des finances et de la réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun, a expliqué que cette configuration est « destructrice de fonds propres » pour les parties prenantes.  Selon lui, cet amendement permettra automatiquement d’injecter les 17% de participations des BPR dans le capital du Crédit Populaire du Maroc (entité qui comprend la BCP et les BPR) et donc augmenter la capacité du groupe à distribuer des crédits et jouer son rôle au niveau régional. 

Pour ce qui est de l’opérationnalisation cette opération, la loi ne permettant pas à un seul investisseur de se porter acquéreur de ce bloc, le ministre a indiqué  que ce désengagement des BPR du capital de la BCP se fera de manière progressive sans donner de détail dans la mesure où la BCP est cotée en Bourse.  

Selon le ministre, ce projet de loi s’inscrit dans le cadre du soutien aux ambitions du groupe du Crédit Populaire du Maroc aussi bien au Maroc qu’à l’international. Ces modifications ne remettent pas en cause le caractère coopératif du Crédit Populaire du Maroc, en maintenant les Banques Populaires Régionales (BPR) comme actionnaires majeurs de la Banque Centrale Populaire (BCP). Dans ce sens, et à l’issue de cette opération, les BPR devraient pour leur part réaliser des plus-values substantielles sur la cession de leurs parts dans la BCP, ce qui leur permettra de renforcer leurs fonds propres et augmenter à leur tour leurs force de frappe.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus