La Centrafrique élit son Président dans le doute

La Centrafrique, pays pauvre d’Afrique centrale qui élit son président dimanche, est plongée dans une guerre civile depuis le renversement de François Bozizé en 2013. 

0
La Centrafrique élit son Président dans le doute

D’une superficie de 622.984 km2, la Centrafrique, pays enclavé entre le Tchad, le Soudan, le Soudan du Sud, la République démocratique du Congo, le Congo et le Cameroun, est classée 188e sur 189 pays dans l’Indice de développement humain du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud) de 2019.

Environ 71% des 4,9 millions d’habitants vivent sous le seuil de pauvreté (Banque mondiale). Les conflits ont entravé son développement, malgré la présence d’uranium, diamant, bois et or, que se disputent les groupes armés. Autres productions: coton, café et tabac. Le bétail représente aussi une source de revenus. La croissance pourrait ralentir jusqu’à 1,1% en 2020 en raison du coronavirus, selon la Banque africaine de développement (BAD).

En décembre 1965, David Dacko, premier président depuis l’indépendance en 1960, est renversé par Jean-Bedel Bokassa, successivement président et empereur, dont le règne est marqué par des frasques mégalomaniaques et des exactions.

En septembre 1979, Bokassa est chassé du pouvoir par des parachutistes français. Dacko rétablit la république, mais doit laisser la place deux ans plus tard aux militaires. Après l’instauration du multipartisme, Ange-Félix Patassé est élu président en 1993.

Entre 1996 et 2001, le pays connaît trois mutineries et un putsch manqué. En 2003, François Bozizé, ancien chef d’état-major des armées, entré en rébellion, renverse Patassé, se proclamant président.

Dès 2005, le pays affronte plusieurs rébellions, qui s’emparent de localités du Nord, reprises grâce à l’aide de la France ou par l’armée tchadienne à l’appel de Bangui.

En mars 2013, les rebelles d’une coalition hétéroclite, la Séléka, prennent Bangui et renversent Bozizé. Michel Djotodia se proclame président. Les exactions de la Séléka, à dominante musulmane, contre les populations majoritairement chrétiennes, entraînent la création de milices, les anti-balaka, qui s’en prennent à leur tour aux musulmans.

Redoutant un génocide, la France lance l’opération Sangaris (2013-2016), sous mandat onusien. En 2014, l’ONU lance sa mission, la Minusca.

Michel Djotodia démissionne sous pression internationale. Après une période de transition, Faustin Archange Touadéra est élu président en 2016. Il brigue dimanche un second mandat.

Une Cour pénale spéciale (CPS) a été installée en 2018, tandis que la Cour pénale internationale (CPI) jugera pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité présumés deux anciens chefs anti-balaka, Alfred Yekatom et Patrice-Edouard Ngaïssona.

Les violences ont décru depuis la signature en février 2019 d’un accord de paix, mais les deux tiers du territoire restent aux mains des groupes armés.

Les affrontements ont causé des milliers de morts et poussé près du quart des Centrafricains à l’exil.

En 2021, 2,8 millions de Centrafricains auront besoin d’assistance humanitaire et de protection, le coronavirus aggravant la situation, selon l’ONU.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus