The news is by your side.

La Covid-19 a eu raison d’A. L. Belal : Un prétendant à la succession de B. Ghali « out »

28

Said Chengriha, chef des armées de l’Algérie, doit se ronger les ongles depuis l’annonce de la mort d’A. L. Belal, un Rguibi natif de Tindouf, que le système algérien prédestinait à la succession de B. Ghali qui était à l’article de la mort avant son séjour à Saragosse, en Espagne, où il a été soigné.
Même en étant algérien de souche, sa famille ayant toujours vécu à Tindouf, A.L Belal, a reçu une formation militaire qui le prédisposait à figurer parmi les prétendants au poste de secrétaire général du Front séparatiste. Faisant figure de faucon parmi les faucons opposés à la ligne politique prônée par B. Ghali, c’est à lui que revient la paternité du blocage du passage d’El Guerguerate, du 20 octobre au 13 novembre 2020, avant son nettoyage par l’armée marocaine. En effet, il avait remporté les suffrages des autres membres de la direction en faveur de sa ligne dure qui se manifesta par la fermeture du corridor commercial entre le Maroc et la Mauritanie, prélude à une occupation plus franche de plusieurs points dans la zone tampon sise en dehors du Mur de défense construit par les FAR.
La question de la succession de B. Ghali se pose avec acuité à Alger qui, il faut bien le souligner, décide du choix du dirigeant à porter à la tête des séparatistes pour servir les desseins du système en place. Un système qui a choisi d’ériger le Maroc en ennemi de tous les temps pour occulter ses multiples échecs…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :