La migration au centre d’une rencontre maroco espagnole à Rabat

Fernando Grande-Marlaska, ministre espagnol de l’Intérieur est attendu au Maroc ce vendredi pour rencontrer Abdelouafi Laftit. Cette visite est suscitée par la crise migratoire qui a pris de l’ampleur. Les ministres de l’Intérieur des deux pays doivent passer en revue les moyens susceptibles de juguler les flux migratoires aussi bien en Méditerranée qu’en Atlantique. 

0
La migration au centre d’une rencontre maroco espagnole à Rabat

Citant des sources du ministère espagnol de l’Intérieur, le journal El Espanol  signale que le département «travaille depuis plus d’un an pour empêcher ce qui se passe actuellement sur la route de l’Atlantique». A Madrid, on assure que les relations entre l’Espagne et le Maroc sont très bonnes, le journal citant des officiels espagnols qui parlent de «l’harmonie entre les deux ministres sur le terrain».

D’après le journal espagnol, les responsables écartent toute «intention politique» quant au flux migratoire actuel.  «Ils reconnaissent que l’arrivée des bateaux est en augmentation mais ils blâment les mafias qui ont trouvé de nouvelles routes et des moyens pour éviter les contrôles», assure-t-on.

Une chaude alerte a été annoncée à Las Palmas. Angel Víctor Torres, président du gouvernement des Îles Canaries,  a exhorté mercredi le gouvernement espagnol à procéder aux transferts vers d’autres communautés autonomes des milliers de migrants arrivés cette année aux Canaries, mettant en garde contre l’épuisement des ressources d’accueil disponibles sur les îles.

A.V. Torres, a assuré qu’il est «urgent» de procéder au transfert des migrants vers d’autres communautés autonomes espagnoles de manière «solidaire».

Lors d’une conférence de presse tenue au Parlement des Canaries, le responsable a affirmé qu’il est «impossible» pour l’archipel d’absorber le flux d’arrivées, avec plus de 2 300 migrants au total.

A. V. Torres a estimé, d’après Europa Press, que les Canaries vivent «un moment très difficile» proposant d’accompagner le ministre espagnol de l’Intérieur lors de son déplacement officiel au Maroc.

«J’attends des conclusions claires de cette visite. J’ai demandé à me rendre au Maroc à cette date ou à une autre. Je pense qu’il est important que le président des Îles Canaries expose également la réalité», a-t-il martelé.

Pour ce responsable,  les réponses à la migration doivent «se multiplier» car il y a «plus de migrants chaque jour que le précédent». Et quand bien même il aurait admis que la migration irrégulière est un phénomène «qui n’a pas de solution facile», il a exigé plus de vigilance sur les côtes et plus de renvois et d’expulsions, même s’il a reconnu qu’il est «difficile» d’appliquer ces deux mesures, en raison de la fermeture des espaces aériens. «On ne peut pas le faire seuls, c’est impossible», a-t-il martelé, en rappelant à titre d’exemple que la communauté autonome accueille plus de 2 000 mineurs non accompagnés, le plus grand nombre de son histoire.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus