La moitié des Français contre la guerre au Sahel

Alors que Paris assure persister dans son engagement dans la lutte contre le djihadisme dans la vaste zone sahélo-saharienne, un sondage montre que la moitié des Français désapprouvent la présence de militaires français au Sahel. 

0
La moitié des Français contre la guerre au Sahel

L’enquête exclusive Ifop réalisée pour Le Point, huit ans après le déclenchement de l’opération Serval, le 11 janvier 2013, montre que 51 % (donc la moitié, avec les marges d’erreur) des sondés ne sont « pas favorables » à l’intervention militaire française au Mali, dont 19 % qui n’y sont « pas du tout favorables ».

La question posée aux sondés ne concerne que le Mali, l’un des cinq pays du Sahel couverts par l’opération Barkhane, qui a succédé à Serval en 2014, et s’étend aussi au Tchad, au Niger, au Burkina Faso et à la Mauritanie.  Mais « nous pouvons extrapoler ce résultat à l’ensemble de Barkhane », selon Jérôme Fourquet,  directeur du département opinions à l’Ifop, car « les Français ne font pas vraiment le distinguo et l’essentiel des combats et des pertes ont lieu au Mali ».

Le sondage a été réalisé début janvier, juste après la mort de cinq soldats français dans deux attaques meurtrières. Le raid aérien sur Bouniti qui a donné lieu à une vive polémique (les armées françaises sont accusées de bavure, ce qu’elles démentent fermement), a été connue du grand public « pour l’essentiel après l’enquête », selon J. Fourquet.

Pour l’Élysée et les armées françaises, qui évoquaient déjà en 2020 une réduction des effectifs de l’opération Barkhane en 2021, ce sondage montre une nette détérioration de l’adhésion à cette opération extérieure. Les opinions favorables avaient atteint 73 % en 2013, au lendemain de la libération de Tombouctou, et se maintenaient à 59 % en 2019, lors d’un sondage réalisé juste après  le crash de deux hélicoptères qui a occasionné la mort de 13 soldats français. 

« Si l’on poursuit dans cette dynamique, l’opération sera de plus en plus difficile à justifier pour l’exécutif dans les mois à venir », prévient J. Fourquet. À titre de comparaison, l’intervention en Afghanistan avait débuté au lendemain du 11 septembre 2001 avec 55 % d’opinions favorables, pour tomber à 24 % en 2011, juste avant le retrait des troupes françaises.

« Nous n’avons pas vocation à être éternels au Mali et nous savons que c’est une présence exigeante, difficile », a expliqué la ministre des Armées Florence Parly, interrogée sur France Inter le 10 janvier. « Nous avons des résultats dans cette lutte contre les groupes terroristes armés », a-t-elle répété, en assurant que la France restera « autant qu’il sera nécessaire pour permettre aux armées locales d’assurer la sécurité ».

Le détail des réponses à notre sondage apporte aussi son lot d’enseignements. Si les avis sont sensiblement similaires entre les différentes tranches d’âge, il n’en est pas de même selon les opinions politiques. Ainsi, les proches de La République en marche soutiennent massivement l’opération (66 %), alors que les sympathisants des Républicains n’adhèrent qu’à 48 % (c’est encore moins pour ceux qui avaient voté François Fillon en 2017, qui n’approuvent qu’à 41 %). Côté Rassemblement national, ils n’adhèrent qu’à 38 %.

L’opération militaire est plus largement soutenue à gauche, avec un taux d’approbation à 61 % pour les sympathisants PS, 43 % pour La France insoumise et… 51 % pour les écologistes, soit 13 points de plus qu’au RN et 10 points de plus que chez les électeurs de François Fillon.

« Les électeurs du parti au pouvoir soutiennent plus mécaniquement l’intervention que les autres », souligne J. Fourquet, pour qui « le faible score à l’extrême droite s’explique par une idéologie non pas pacifiste ou antimilitariste, mais isolationniste et antimacroniste, deux points sur lesquels l’électorat de François Fillon est assez aligné ». « Une bonne partie de ces électeurs considèrent que l’État devrait concentrer ses efforts pour démanteler l’islamisme en France, lutter contre la délinquance et le narcotrafic dans des territoires jugés perdus de la République », ajoute-t-il.

Les réponses varient aussi beaucoup selon l’activité : les cadres approuvent (57 %) alors que les retraités sont les plus lassés (44 %). Enfin, les femmes sont plus méfiantes (46 %) que les hommes (53 %) à l’égard de l’opération. « On peut aussi voir le verre à moitié plein », ajoute J. Fourquet. « Qu’il y ait, huit ans après et avec 50 morts au compteur, encore 49 % des Français qui soutiennent l’opération, ce n’est pas si mauvais que cela », conclut-il. Une réflexion qui fait écho aux bons chiffres de la confiance des Français dans l’institution militaire : 74 % selon un sondage OpinionWay de 2019 pour le Cevipof.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus