La police du Wisconsin tire « dans le dos » d’un Afro-américain !

Un officier de police a ouvert le feu sur un Afro-américain, qui se trouve dans un état grave après avoir été touché à plusieurs reprises «dans le dos», selon le gouverneur. Une vidéo, qui montrerait l’intervention, suscite l’émoi.

0 5 495
La police du Wisconsin tire « dans le dos » d’un Afro-américain !

Quelques semaines après le décès de George Floyd, mort le 25 mai lors de son interpellation par la police à Minneapolis (Minnesota), cette nouvelle affaire pourrait bien secouer les Etats-Unis. La police de la ville de Kenosha (Wisconsin) a fait état le 24 août dans un communiqué de presse diffusé sur Twitter d’un «officier [de police] impliqué dans une fusillade». «A 17h11 les officiers de police de Kenosha ont été envoyés au 2 800e block de la 40e rue pour un incident domestique et ont été impliqués dans une fusillade impliquant un policier», est-il expliqué. Une vidéo semblant montrer la scène, a été mise en ligne sur les réseaux sociaux. Largement relayée, elle a suscité l’émoi des internautes. On peut y voir un Afro-américain faisant le tour de son véhicule suivi par deux policiers le tenant en joue. L’homme ouvre sa portière lorsqu’un des agents tente de le retenir en l’agrippant par le débardeur. S’ensuivent sept détonations avant que l’homme ne semble tomber la tête sur son volant, déclenchant l’avertisseur sonore du véhicule.

 Tony Evers, gouverneur démocrate du Wisconsin, a réagi sur Facebook le 24 août : «Ce soir, Jacob Blake a été touché dans le dos à plusieurs reprises, en plein jour, à Kenosha, dans le Wisconsin. Kathy et moi nous joignons à sa famille, à ses amis et à ses voisins dans l’espoir sincèrement qu’il ne succombera pas à ses blessures.»  Selon le communiqué de la police, la victime de la fusillade se trouve dans un état grave. Il a précisé ne pas disposer de suffisamment de détails pour le moment mais a assuré savoir «avec certitude», que Jacob Blake «n’est pas le premier homme ou la première personne noire à avoir été abattu, blessé ou tué sans pitié par des personnes chargées de l’application de la loi dans notre État ou notre pays». «Nous sommes solidaires de tous ceux qui ont et continuent d’exiger justice, équité et responsabilité pour les vies noires dans notre pays comme celle de George Floyd», a-t-il ajouté.

De son côté, Ben Crump, avocat spécialisé dans les droits civiques, a mis en ligne un message sur Twitter soulignant que les trois enfants de J. Blake se seraient trouvés dans le véhicule au moment du drame. «Nos enfants méritent mieux», a-t-il fait valoir.

Selon plusieurs médias US, des premiers rassemblements de protestation ont eu lieu dans la soirée du 23 août. La mort de George Floyd lors de son interpellation avait déclenché une vague d’indignation et de contestation aux Etats-Unis, notamment sur les rapport entre les populations afro-américaines et la police.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus