cialis 20mg generique order ma pharmacie en france cialis 20mg prix et conditionnement acheter cialis generique pas cher cialis pays sans ordonnance le viagra achat en ligne acheter cialis 60 au canada sans prescription commander viagra pas cher conseils pharmacie viagra viagra sans ordonnance sildenafil acheter cialis en ligne en france

La tension persiste à Figuig : Enfin, les autorités locales réagissent…

La décision des autorités algériennes d’interdire l’accès, à compter du 18 mars courant, à la zone située nord d’Oued Al Arja, à la frontière maroco-algérienne, a semé une grande confusion parmi les exploitants des terres agricoles concernés par cette mesure. Le gouverneur s’est réuni avec les exploitants lésés alors que des renforts de l’armée marocaine ont été signalés dans la région.

0
La tension persiste à Figuig : Enfin, les autorités locales réagissent…

Plusieurs manifestations ont eu lieu la semaine dernière, aussi bien à Al Arja qu’au niveau de la ville de Figuig pour dénoncer le diktat algérien et appeler les autorités marocaines à réagir pour sauvegarder les biens des paysans lésés par l’ordre d’expulsion prononcé par l’armée algérienne. Pour calmer les esprits, les autorités locales à Figuig se sont mobilisées en vue de trouver une solution aux exploitants paniqués à l’idée de tout perdre face aux appétits expansionnistes d’Alger.

Ainsi, une réunion a eu lieu mardi entre le gouverneur de la région de Figuig et les exploitants de terres agricoles situées dans la zone dite Al-Arja en présence du représentant des terres de la communauté soulalyia  Oulad Slimane et de membres du conseil de cette communauté.

Un communiqué publié par la province de Figuig indique que la « réunion était consacrée à étudier la situation après la décision provisoire et conjoncturelle prise par les autorités algériennes et interdisant l’accès à cette zone à compter du 18 mars courant ».

Tout en reconnaissant « l’existence d’un problème », la province estime que « les mesures prises par les autorités algériennes sont provisoires et conjoncturelles ». Le document ajoute que les autorités locales planchent sur le dossier et tentent de dégager toutes les formules et options pouvant mener à la résolution de ce problème.

Ce faisant, a assuré le gouverneur, les autorités locales, « en coordination et concertation continues avec les organes représentatifs de la communauté soulaliya et des exploitants de ces terres agricoles, et les exploitants de terres agricoles concernés par la décision des autorités algériennes, restent mobilisées pour étudier et élaborer des solutions qui tiennent compte de toutes les options ».

Tout a démarré à la mi-février lorsque des soldats algériens s’étaient présentés dans la région pour signifier à plusieurs exploitants de la zone l’évacuation dans un délai de 3 jours.

Les autorités marocaines étaient au courant des faits, avaient-ils précisé. Le Pacha avait prévenu les personnes concernées qu’elles ne pourraient plus accéder, à partir du 18 mars, à leurs propriétés et qu’un cordon de gendarmes et de soldats marocains veillera au respect de cette mesure.

Côté algérien, on explique qu’après les négociations de 1972, l’Algérie et le Maroc ont signé en 1992 une convention délimitant la frontière entre les deux pays, et pour des raisons humanitaires, « l’Algérie a laissé des paysans marocains poursuivre leurs activités agricoles sur le territoire national situé près de la localité d’El Arja ».

Ceci dit, en partant, les exploitants laisseront derrière eux quelque 15.000 palmiers dattiers, des installations d’énergie solaire, des branchements d’eau, etc. …

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.