L’Algérie s’enfonce dans la crise, dénonce l’UGTA

Parallèlement à la faillite politique du système, la situation se dégrade en Algérie sur les plans économique et social. «Avec les prix actuels, il faudrait un salaire minimum de 434 euros», soit une augmentation de 250%, pour compenser la perte du pouvoir d’achat des Algériens suscitée par la dépréciation de la monnaie, affirme le président de la centrale syndicale UGTA au micro d’Ennahar TV.

0
L’Algérie s’enfonce dans la crise, dénonce l’UGTA

Mardi 26 janvier, Salim Labatcha, président de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), a descendu en flammes, mardi, le gouvernement auquel il impute la responsabilité de l’envolée des prix des produits alimentaires, consécutive à la dévaluation du dinar algérien. 

Alors que le SMIC en Algérie est de 20.000 dinars (124 euros), le chef de l’UGTA à la chaîne Ennahar TV qu’«avec les prix actuels, il faudrait un salaire minimum de 70.000 dinars (434 euros), [soit une augmentation de 250%, ndlr] pour permettre aux citoyens de rattraper la perte de pouvoir d’achat provoquée par la hausse des prix qui poursuit des semaines durant sa courbe ascendante». A ses yeux, l’exécutif «ne contrôle plus la situation économique du pays».

Dans le même sens, le patron de l’UGTA fustige le fait que la question de l’importation des véhicules neufs posée la semaine dernière par le ministre de l’Industrie Ferhat Aït Ali Braham devienne la première préoccupation des Algériens au moment où beaucoup ont du mal même à se nourrir.  

«Aujourd’hui, l’urgence c’est la sauvegarde de l’emploi, le sort des entreprises publiques qui sont menacées de fermeture, et pas l’importation des voitures», lance-t-il.

Le dinar algérien, qui s’échange actuellement à 161 dinars pour un euro, continue sa chute après une dépréciation de 20% en 2020, a analysé pour le site Tout sur l’Algérie (TSA) l’économiste Brahim Guendouzi. 

La dégradation des conditions de vie des Algériens pourrait précipiter le retour massif du Hirak populaire, en dépit de la poigne avec laquelle le système persiste à gérer la contestation.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus