L’Allemagne interdit les meetings en faveur d’Erdogan: Le Sultan y voit des «mesures nazies»!

0
Rien ne va plus entre Berlin et Ankara. La polémique autour de la tenue en Allemagne de meetings de soutien au référendum turc sur la présidentialisation du système politique, voulu par Recep Tayyip Erdogan, a viré au vinaigre. Les propos d’une extrême violence tenus dimanche par le président turc contre le gouvernement d’Angela Merkel échaudent bien des pays européens.
En animant un meeting, Recep Tayyip Erdogan n’y est pas allé de main morte en qualifiant de «nazies» les mesures prises par l’Allemagne : «Je croyais que vous aviez abandonné ces mesures depuis longtemps, je me suis trompé», a-t-il dit devant ses partisans. A rappeler que nombre de meetings avaient été annulés par les autorités locales et non par le gouvernement allemand. C’est ce que la chancelière allemande Angela Merkel a tenté d’expliquer au Premier ministre turc Binali Yildirim lors d’une conversation téléphonique, qualifiée de « productive ». Voilà qui risque de compromettre la rencontre prévue ce mercredi entre les ministres des Affaires étrangères des deux pays. Encore faut-il préciser que la polémique déborde le seul cadre de l’Allemagne. Vendredi dernier, le gouvernement néerlandais s’était déjà opposé à la tenue d’un meeting du « oui » prévu à Rotterdam et le chef de de l’extrême-droite aux Pays-Bas Geert Wilders s’était même opposé à la venue du ministre turc des Affaires Etrangères pour participer à ce meeting. Une attitude qui a fait tache d’huile puisque le chancelier autrichien a demandé à l’UE d’interdire toute forme de campagne référendaire turque en Europe.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus