L’Amérique groggy après l’élection de D. Trump : Les rues s’enflamment

0
Au lendemain de l’élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis, des milliers d’Américains ont manifesté leur mécontentement à travers tout le pays. Les banderoles déployées à cette occasion ne laissent aucune place au doute : « Not my president ».
De la cote Est à la cote Ouest, le slogan est le même. Mercredi soir, des milliers de manifestants se sont rassemblés à travers les Etats-Unis pour protester contre le verdict des urnes. « Nous avons une voix ! », pouvait-on lire sur les pancartes de plusieurs centaines de jeunes manifestants qui s’étaient rassemblés devant la Maison Blanche, à Washington, pour une veillée aux bougies en cette soirée pluvieuse, dénonçant les vues racistes, sexistes et xénophobes, selon eux, de Donald Trump. « Nous ne sommes pas seuls », criaient certains des jeunes rassemblés devant la Maison Blanche, où Donald Trump est attendu jeudi pour rencontrer Barack Obama.
A New York et Chicago notamment, des manifestations qui avaient débuté avec quelques centaines de participants avaient grossi jusqu’à plusieurs milliers de personnes en début de soirée.
« Nous sommes ici parce que nous ne sommes pas seuls dans ces moments sombres », a lancé Ben Wikler, directeur dans la capitale américaine du groupe de pression progressiste MoveOn.org.
« C’est un moment dur pour de nombreux Américains », a témoigné Ethan Miller, d’un groupe de défense des droits des employés, Jobs with Justice. « On a vécu une campagne pleine de racisme et de misogynie et de nombreuses autres terribles tactiques qui ont au final permis » à Donald Trump de remporter l’élection, accuse-t-il. « Mais nous ne laisserons pas la présidence de Donald Trump arrêter le progrès dans ce pays, a-t-il assuré.
A New York, des manifestants se sont réunis en plein Manhattan, à Union Square, avant de remonter vers la Trump Tower, où vit le président américain nouvellement élu.
En Californie, des lycéens et étudiants ont quitté les cours et improvisé des manifestations sur les campus. À Los Angeles, ils étaient des centaines devant la mairie à crier que Donald Trump n’est « Not my président! ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus