The news is by your side.

Lampedusa : Afro-nécropole au large de l’Europe

0 22

Mer de toutes les convoitises, la Méditerranée n’a eu cesse d’être au cœur de l’actualité.  Au carrefour de trois continents, elle porte en elle leurs espoirs et désespoirs.

Ses eaux réputées fécondes, calmes et d’un bleu azur sont secouées par les soubresauts des rivages qui la bordent et sont devenues, au mieux un refuge précaire pour des milliers de migrants, au pire un gigantesque cimetière de sépultures anonymes. Toute cette misère, toute cette souffrance se passe dans un monde dit global sans qu’un tel gâchis n’émeuve qu’une poignée de médias et de politiques. Parce que l’indifférence a pris le pas sur la fraternité, les vieux rafiots charriant des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants ne scandalisent quasiment personne. La vue de centaines de cercueils d’anonymes alignés dans les hangars est vite effacée par le flot d’informations continues, souvent des inepties. Les eaux qui les dégurgitent sont devenues maudites par ceux qui en vivent. Les pêcheurs et autres professionnels du tourisme sont les premiers concernés.
En ce début d’année, les compteurs se sont affolés. Les vagues surchargées du Sahel meurent sur les rives Nord de la Méditerranée. Dès lors, le décompte macabre et les chiffres des migrants n’en finissent pas de monter en flèche. Cette zone de contact entre un Nord paisible, riche et un Sud pauvre et en guerre ne cesse de rejeter des milliers de réfugiés sur les côtes méridionales de l’Europe. Depuis peu, la palme d’or est à décerner à Lampedusa, cette île paradisiaque au large de la botte italienne qui aurait pu se passer de ce triste palmarès. Désormais, elle détient le triste record comme centre d’accueil de milliers de réfugiés échoués sur ses rivages. Au mieux, ils sont accueillis temporairement sur le long chemin de l’exode vers le nord, au pire le voyage s’arrête net et cette petite terre devient une nécropole pour des milliers de malheureux.
En quatre mois, pas moins de 1776 personnes disparues en Méditerranée. On est dans la triste continuité de 2014 et même de 2013. Selon l’Organisation internationale pour les mouvements de migration dans le monde, 75 % des décès parmi les migrants l’ont été Méditerranée. En outre, près de 37 000 migrants sont arrivés sur les côtes européennes depuis janvier. L’année dernière fut une année record puisque le nombre de rescapés a atteint les 219 000 réfugiés, soit dix fois plus qu’en 2012.
L’hasardeuse intervention française, quoi que sous la houlette du Conseil de sécurité, a mis à mal les milliers de kilomètres des côtes libyennes livrées aux passeurs. Les guerres qui secouent la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan ou les pays d’Afrique Noire renvoient leurs flots de déplacés en quête de paix.
Déjà en 2013, Khalid Chaouik,député italien d’origine marocaine, s’était « enfermé » dans un centre d’accueil à Lampedusa pour protester contre les conditions d’accueil des migrants et l’indifférence des autorités italiennes et européennes. Effaré, il avait déclaré au journal Le Monde que le centre d’accueil de Lampedusa « est un lieu plein de tristesse et de frustration, une sorte d’île au milieu d’une île. Cela fait peur.»
Ce n’est que deux ans après que l’Europe a fini par se décarcasser. En promettant des décisions pour juin !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.