L’armée contrôle le «Croissant pétrolier» libyen: Moscou a-t-il aidé Haftar?

0
Au terme d’une offensive éclair, les troupes du maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort de l’est de la Libye, ont annoncé la reprise mardi de deux importants sites pétroliers du nord-est du pays, dont s’étaient emparés début mars des groupes djihadistes. Des analystes avaient évoqué ces derniers jours la présence de forces spéciales russes dépêchées par Moscou dans une base égyptienne à la frontière avec la Libye. Ce qui n’excluerait pas leur implication dans cette offensive d’autant que le Maréchal Haftar bénéficierait d’un bon a-priori auprès du Kremlin.
« Les forces armées ont libéré la totalité du Croissant pétrolier », une région du nord-est du pays, a déclaré Khalifa al-Abidi, un porte-parole des forces pro-Haftar, tout en précisant que « l’armée traquait le reste des groupes terroristes effondrés ». Une information corroborée par le chef des gardes des installations pétrolières, le général Meftah al-Megaryef, qui a confirmé la reprise des sites de Ras Lanouf et d’al-Sedra.
Les pro-Haftar qualifient de « terroristes » les Brigades de Défense de Benghazi qui s’étaient emparées le 3 mars du complexe pétrolier de Ras Lanouf – comprenant surtout un aéroport et un port -, ainsi que le port proche d’Al-Sedra. L’Armée nationale libyenne autoproclamée par le maréchal controversé avait pris le contrôle en septembre des quatre principaux sites pétroliers de Libye – Zoueitina, Brega, Ras Lanouf et Al-Sedra – qui assuraient l’essentiel des exportations libyennes d’or noir.
Plongée dans le chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est dirigée par deux autorités rivales : un gouvernement basé dans l’est du pays et lié au maréchal Haftar, et le gouvernement d’Union nationale (GNA à Tripoli, reconnu par la communauté internationale. Ce dernier a nié tout lien avec l’escalade militaire dans la région du Croissant pétrolier.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus