The news is by your side.

L’armée syrienne avance sur Idlib: Deuxième anicroche mortelle avec l’armée turque

0 224

La Russie s’alarme de l’évolution de la situation en Syrie. Et pour cause: l’armée arabe syrienne qui avance dans les régions d’Idlib et d’Alep en battant en brèches les fortifications djihadistes a ciblé un autre convoi turc.
Un incident qui complique davantage la tâche des négociateurs russes dépêchés à Ankara pour trouver un terrain d’entente en conformité avec les engagements d’Astana et de Sotchi qui, dans leur ensemble, appellent à la sauvegarde de l’intégrité territoriale syrienne.

Les forces syriennes ont attaqué ce lundi un poste d’observation turc dans le nord du gouvernorat d’Idlib, tuant cinq soldats et en blessant cinq autres, a annoncé le ministère turc de la Défense nationale. Lequel affirme aussi avoir riposté à l’attaque.
Il s’agit-là de la deuxième confrontation syro-turque après l’incident du 3 février lorsque des tirs de l’armée syrienne avaient faits huit morts parmi les soldats turcs en Syrie, rappelle l’agence Anadolu.
Ce deuxième accrochage syro-turc intervenu aux alentours de la base aérienne syrienne Taftanaz, transformée par les djihadistes en un lieu de rassemblement, risque de tendre à l’extrême la situation au moment même où des informations rapportées par des observateurs laissaient entendre qu’Ankara avait poussé vers le territoire syrien pour pas moins de 16.000 soldats turcs en renfort aux forces déjà présentes dans la région d’Idlib et bien au-delà.
Le Président turc cherche de la sorte à intimider les Syriens qui s’avèrent plus déterminés que jamais à en découdre avec le conglomérat de djihadistes qui ont été vassalisés ou non par la Turquie.

Pour rappel, au cours des derniers jours, les opérations militaires menées par les troupes gouvernementales syriennes ont nettoyé des terroristes plus de 600 kilomètres carrés dans les gouvernorats d’Alep et d’Idlib, a annoncé dimanche 9 février l’état-major des forces armées de la Syrie.
La reprise de la localité d’Aleiss, dans la banlieue sud d’Alep, représente une victoire de taille dédiée par les militaires syriens à Qassem Soleimani, assassiné par des drones US en Irak. Les points de résistance établis par les djihadistes d’Al-Nosara et de Hayat Tahrir al Cham, appuyés par Al Hizb al Islami al Tirkistani, au niveau des localités à l’est d’Idlib et au sud d’Alep se sont effondrées rapidement face à l’avancée de l’armée syrienne. Reprise bonne partie de la route reliant Hama à Alep au nord de Saraqeb.

Le 26 janvier, l’armée syrienne a lancé une offensive dans l’ouest d’Alep pour mettre un point final aux pilonnages quotidiens des quartiers de cette ville par des terroristes qui se soldaient par des dizaines de tués parmi les civils.
Les terroristes n’ont cessé de pilonner la ville malgré le cessez-le-feu annoncé en janvier. Le 27 janvier, les troupes gouvernementales ont réussi à rompre les premières lignes de défense des terroristes dans l’ouest d’Alep.
Le 29 janvier, l’état-major syrien a annoncé la libération de Maarat al-Nouman, grande ville qui s’était trouvée entre les mains de terroristes depuis 2012.
Tout comme la ville de Saraqeb, Maarat al-Nouman est située au carrefour d’autoroutes et revêt par conséquent une grande portée stratégique. C’était auparavant un grand bastion des terroristes et un point de transbordement des voies d’approvisionnement dans le sud du gouvernorat d’Idlib.

La décision prise par Damas d’envahir les positions des djihadistes est intervenue après l’échec du corps expéditionnaire turc à mettre un terme aux agressions des terroristes conformément aux engagements pris à Astana et Sotchi.

Signé en septembre 2018 entre la Russie et a Turquie, le mémo sur Idlib  fait état de l’intention de rétablir le transit sur les autoroutes stratégiques M4 Alep-Lattaquié et M5 Alep-Hama pour assurer la libre circulation des personnes et des marchandises.
La Turquie, la Russie et la Syrie ont convenu en mai 2017 de créer quatre zones de désescalade en Syrie, pays en proie à un conflit depuis 2011. Alors que trois d’entre elles sont passées sous le contrôle de Damas en 2018, la quatrième, qui s’étend sur le gouvernorat d’Idlib et des zones voisines, reste toujours entre les mains de terroristes, et autres groupuscules armés.
L’agence officielle Sana avait fait état de la «fin» des opérations de «ratissage» dans la ville.
Saraqeb se trouve à la jonction de deux autoroutes clés, M5 et M4, que Damas cherche à reconquérir pour hâter la normalisation en Syrie.
La voie M5 relie Alep, deuxième plus grande ville du pays et ancien poumon économique de Syrie, à la capitale Damas, tandis que la M4 relie Alep à la ville côtière de Lattaquié.

Ces nouvelles reconquêtes interviennent alors que la Turquie, qui soutient certains groupes rebelles, a envoyé plusieurs renforts ces derniers jours pour empêcher une progression à plus grande échelle des forces syriennes. Vendredi, 350 véhicules ont franchi la frontière syro-turque en direction d’Idleb, selon l’agence étatique turque Anadolu.

Le 8 février au matin, l’armée turque a établi un deuxième «poste d’observation» à la périphérie de la ville d’Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie. Le nouveau poste turc aurait été établi dans le «camp d’Almastumah», situé à 6 km au sud du centre-ville d’Idlib.
La veille, l’armée turque avait établi son premier poste autour de la ville d’Idlib.
Le poste a été installé dans le «Complexe de logements militaires» entre la ville d’Idlib et la ville de Sarmin au sud-est.

L’armée turque pourrait établir encore plus de postes autour de la ville d’Idlib dans les prochains jours. Ces postes sont probablement destinés à dissuader l’armée arabe syrienne et à l’empêcher d’avancer vers la ville. Une étape similaire n’a pas réussi à maintenir l’armée hors de la ville de Saraqib, reprise par les Syriens.
Pour rappel, l’armée syrienne a réussi à encercler 9 des 12 avant-postes turcs installés dans la province nord-ouest d’Idlib…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.