L’armée tchadienne en renfort au Niger

Après l’attaque meurtrière menée par Boko Haram vendredi 3 juin à Bosso, le président Issoufou s’est rendu à Ndjamena pour solliciter l’aide du Tchad. La réaction d’Idriss Déby ne s’est pas fait attendre, des troupes tchadiennes ont fait route vers le lac Tchad et ces troupes sont déjà arrivées à Bosso.
De source sécuritaire tchadienne, près de 2000 soldats sont mobilisés pour « traquer partout les Boko Haram », des militaires lourdement équipés, qui disposent notamment de blindés, de lance-roquettes et de véhicules tout-terrain surmontés de mitrailleuses.
Il y a lieu de rappeler que les militaires tchadiens connaissent bien la zone du lac Tchad et ont été à plusieurs reprises le fer de lance des offensives contre Boko Haram, en particulier en 2015. En janvier 2015, les militaires tchadiens étaient d’abord intervenus dans l’Extrême Nord du Cameroun, à la demande du président Biya. Le mois suivant, c’est justement depuis la région de Bosso, au Niger, que les forces tchadiennes mènent des actions contre Boko Haram au Nigeria, dans leur fief de l’état de Borno, et infligent de lourdes pertes aux insurgés.
A noter que la force mixe des pays du lac Tchad censée lutter contre Boko Haram n’est toujours pas opérationnelle, plus d’un an après sa création. Ce qui permet à Boko Haram de semer la panique dans la sous-région.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus