Le BCIJ ratisse large : 143 interpellations !

0
Le système de veille mis en place par les services de sécurité marocains et la proactivité dont ils ont fait preuve ne se démentent pas au fil des jours. Ils ont ainsi pu endiguer les dangers qui pèsent sur le Royaume, élu comme cœur de cible de Daech dans la région. La dernière opération en date sur laquelle ils ont communiqué est d’une autre dimension: 143 personnes connues ou suspectées pour leurs affinités radicales ou leur allégeance à Daech ont été mises aux arrêts, dont 52 ont été placées en garde à vue. Cette opération d’envergure qui, rappelle-t-on, s’est déroulée sous la supervision du parquet antiterroriste a ciblé différents membres avérés ou supposés de Daech, dans différentes régions du Maroc. Ces individus étaient sur le point de passer à l’acte et de commettre des attentats. Plusieurs autres étaient actifs sur les réseaux sociaux, où ils s’adonnaient à des activités de prosélytisme en direction de jeunes personnes en vue de les envoyer sur les différents fronts ouverts par l’organisation terroriste Etat Islamique. Le démantèlement de cette importante structure terroriste, tant par les effectifs que par les moyens mobilisés, s’ajoute aux 159 cellules démantelées depuis 2002, dont 38 depuis 2013 seulement, date de l’émergence de l’EI sur la scène internationale.
On apprend que les 52 éléments placés en garde à vue seront déférés devant les instances judiciaires ad hoc dès achèvement des interrogatoires et enquêtes du Bureau central des investigations judiciaires et de la Brigade nationale de la police judiciaire. En attendant, force est de noter que les perquisitions effectuées dans les domiciles des individus interpellés ont permis de mettre la main sur des brochures et des documents montrant comment fabriquer des explosifs et des produits toxiques, en plus des techniques d’explosion à distance et de l’usage d’armes à feu. D’autres ouvrages saisis font l’apologie des opérations suicides et des drapeaux noirs de Daech ont été trouvés un peu partout dans ces planques et domiciles, attestant l’allégeance des suspects à l’EI. Plus, les fins limiers ont fait main basse sur les armes de guerre cachées dans les lieux perquisitionnés, avec des clous et des câbles électriques servant à la confection de bombes, en plus de balles et d’armes blanches en grande quantité.
Des documents ont également été saisis attestant des complicités des djihadistes avec des agents se trouvant dans les camps de Tindouf et dans la région du Sahel. Comme ils ont permis aux services de sécurité d’apprendre que les lieux visés étaient des établissements pénitentiaires et policiers, en plus de zones de forte concentration humaine comme les espaces de festivals d’été et les lieux de villégiature.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus