The news is by your side.

Le Covid-19 a déjà fauché plus de 38.000 personnes de par le monde ! 

0 338

Un premier décès lié au Covid-19 a été enregistré à Mayotte, qui compte 94 cas avérés. L’avion présidentiel a atterri mardi avec trois tonnes de matériels pour l’unique centre hospitalier de ce territoire de l’océan Indien, considérée comme le plus grand désert médical de France : « seulement 28 médecins libéraux », selon le sénateur Thani Mohamed Soilihi (pour plus de 256 000 habitants recensés, 400 000 selon certains politiques si l’on compte la population clandestine).

Selon le dernier bilan, 499 patients sont morts du coronavirus dans les hôpitaux français ces 24 dernières heures, soit une nouvelle hausse record depuis le début de l’épidémie, qui porte le bilan total à 3 523 morts, a annoncé mardi Jérôme Salomon, directeur général de la Santé. Le nombre total de personnes hospitalisées est désormais proche de 22 800, soit une hausse de 1 749 depuis lundi. Parmi elles, un nouveau très fort afflux de cas lourds en réanimation (+457) où sont admis à ce jour 5 564 patients, a-t-il précisé.

En Italie, toutes les communes de la péninsule ont observé une minute de silence ce mardi midi, avec mise en berne du drapeau tricolore en « souvenir des victimes du coronavirus » et en hommage aux professionnels de santé. En signe de solidarité, le Vatican a lui aussi mis ses drapeaux en berne.

Plusieurs grandes chaînes de supermarchés ont de leur côté annoncé qu’elles mettaient en place une réduction de 10 % pour les plus pauvres – leur situation est encore plus compliquée du fait de la pandémie. La demande avait été faite samedi par le président du Conseil lors du lancement de bons alimentaires, financés à hauteur de 400 millions d’euros par l’Etat. Selon le principal syndicat agricole italien, 500 000 personnes supplémentaires ont besoin d’aide pour manger.

En Espagne, le gouvernement annonce toute une série de mesures sociales destinées à amortir l’impact de la pandémie, notamment la suspension des expulsions de locataires et des aides pour les travailleurs précaires.

Une batterie  de mesures alors que le nombre de morts dans le pays en une journée n’a jamais été aussi important : 849 décès. Au total 8 189 personnes ont succombé à la maladie dans le pays, le deuxième dans le monde à enregistrer le plus de décès derrière l’Italie. Et la progression des nouveaux cas confirmés (9 222 en 24 heures, pour atteindre 94 417) a de nouveau accéléré et atteint, elle aussi, un nouveau record.

Record aussi au Royaume-Uni, où 381 personnes sont mortes ce mardi du coronavirus, soit 1 789 morts depuis le début de la pandémie. Le nombre de malades officiellement recensés atteint 25 150, soit une augmentation de plus de 3 000. Parmi les personnes ayant succombé à la maladie figure un adolescent de 13 ans. Selon sa famille il n’avait pas de pathologie sous-jacente. Il s’agit de la plus jeune victime du Covid-19 connue au Royaume-Uni.

Mais c’est en Belgique qu’a été recensée la plus jeune victime dans un pays européen. Il s’agit d’une adolescente de 12 ans. « C’est un événement très rare, mais qui nous bouleverse », on réagi les autorités sanitaires. C’est la première fois qu’est rapporté le décès d’un enfant en Belgique où, selon les chiffres officiels, 705 personnes sont mortes des suites du coronavirus.

En Grèce, le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis appelle les membres de son gouvernement et les députés de sa majorité à verser la moitié de leurs salaires pour combattre la pandémie. Le parti d’opposition de gauche Syriza a estimé que cette contribution devait être obligatoire et étendue aux députés européens, et dans le secteur public aux postes gouvernementaux et juridiques.

Les Autrichiens qui vont faire leurs courses, l’une des rares sorties autorisées, vont, à compter de ce mercredi 1er avril, se voir distribuer des masques à l’entrée. Ces masques chirurgicaux permettent de ne pas contaminer les autres a expliqué le chancelier autrichien. 

Le gouvernement aimerait, à l’avenir, étendre l’obligation de porter un masque à d’autres situations où les personnes sont en contact, dans les transports en commun par exemple. Un renforcement nécessaire des mesures de protection car cette crise va être longue et difficile avertit Sebastian Kurz.

En Russie, le médecin-chef du principal hôpital traitant les malades du coronavirus a annoncé qu’il était infecté. Il avait accueilli Vladimir Poutine dans son établissement, à Moscou, la semaine dernière. Mais le Kremlin a indiqué n’avoir aucune inquiétude pour le président russe : « Poutine est régulièrement testé. Tout est normal ».

Par ailleurs les députés russes ont adopté un projet de loi prévoyant jusqu’à cinq ans de prison pour la diffusion de fausses informations sur le coronavirus. Des peines renforcées sont également prévues contre ceux qui ne respectent pas le confinement, mis en place lundi à Moscou et dans une douzaine de régions de Russie. 

La Pologne durcit les mesures de lutte contre la propagation du coronavirus : fermeture des parcs, des plages, et de certains commerces comme les hôtels, les magasins de produits cosmétiques ou de location de vélos. Il est strictement interdit de sortir, et les Polonais doivent obligatoirement télécharger l’application mobile via laquelle les services de police surveillent qu’ils restent chez eux.  Les rassemblements de plus de deux personnes, excepté les messes, sont déjà interdits. Un mineur ne peut désormais plus sortir seul, et il faut se tenir à au moins deux mètres les uns des autres. 

Les supermarchés doivent obligatoirement proposer des gants à l’entrée, et les clients les enfiler avant de toucher le moindre produit. Le nombre d’acheteurs a également été limité à trois par caisse, et de 10 heures à midi, tous les jours, seuls les personnes âgées pourront faire leurs courses ou aller à la pharmacie. 

En Indonésie, si le Président Joko Widodo a déclaré l’état d’urgence mardi, il refuse toujours d’imposer un confinement généralisé à la quatrième population du monde (260 millions d’habitants). On ne peut pas appliquer les mêmes mesures dans tous les pays, affirme J. Widodo, et le confinement généralisé n’est pas réaliste pour l’Indonésie : trop étendue, avec ses 5 000 km de large, trop dispersée avec ses centaines d’îles, et trop fragile économiquement, car l’essentiel de la population vit du commerce informel. Mettre le territoire sous cloche, ce serait condamner à la banqueroute les couches les plus pauvres de la population.

Mais la semaine dernière, le syndicat des médecins avait estimé que la stratégie de distanciation sociale du gouvernement était un « échec », affirmant que l’épidémie était bien plus large que ce que laissaient penser les chiffres officiels. Et l’épidémie gagne du terrain… C’est à Jakarta, la capitale indonésienne, 30 millions d’habitants, que sont recensés la plupart des contaminations. Le patron de la région s’attend à une catastrophe sanitaire.

En Inde, les autorités recherchent les personnes passées par un centre islamique de New Delhi, qui serait l’un des principaux foyers de propagation du coronavirus dans le pays. Plusieurs milliers de personnes y sont allé pour participer à des rassemblements au mois de mars. Lundi soir et mardi, les ruelles autour du centre étaient scellées. Plus de 1 500 personnes ont été évacuées du centre, 500 présentent des symptômes de possible contamination de coronavirus, un millier ont été placées en quarantaine.

En Corée du Sud, la rentrée aura finalement entre le 9 et le 20 avril (à l’origine elle était prévue début mars), et la classe sera faite en ligne. Le gouvernement a promis de fournir des outils connectés aux étudiants les plus pauvres : « chacun devra avoir accès à Internet et à un ordinateur », a déclaré le Premier ministre. L’examen d’entrée à l’Université – le moment le plus important dans la vie d’un élève coréen – pourrait être lui aussi reporté, il est fixé pour le moment au 19 novembre. Le pays fait face à une augmentation de cas venus de l’étranger et de petits foyers d’infection.

Au Japon, 78 nouveaux cas d’infection ont été recensés mardi à Tokyo. Il s’agit de la plus forte progression quotidienne enregistrée dans la capitale depuis le début de l’épidémie. Sur 2 000 personnes infectées dans l’archipel, 500 le sont à Tokyo.

Le ministre de l’Economie a estimé que la situation ne justifiait pas la mise en place de l’état d’urgence. Mais les pressions sont fortes pour que le Premier ministre impose le confinement ; d’autant que le faible nombre de tests réalisés entretient les doutes sur la réalité de la propagation de l’épidémie.

Au Panama, à compter de ce mercredi et pour quinze jours, hommes et femmes ne pourront quitter leur domicile qu’à tour de rôle et pas plus de deux heures. Le dimanche, toute sortie est interdite. Selon le ministre de la Sécurité, « c’est moyen le plus simple » pour réduire de moitié le nombre de personnes dans les rues, après l’arrestation le week-end dernier de 2 000 personnes ayant enfreint les règles de la quarantaine « totale et obligatoire ».

Au Mexique, le gouvernement a décrété l’état d’urgence sanitaire jusqu’au 30 avril, pour prendre toutes les mesures nécessaires face à la crise, protéger employeurs et salariés de ses conséquences, et garantir l’approvisionnement de la population. Le gouvernement a ainsi prolongé jusque fin avril la suspension des activités non essentielles. Et le sous-secrétaire à la Santé a exhorté les Mexicains à rester chez eux, surtout les plus vulnérables.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.