Le déficit budgétaire à 23 Mrds Dh à fin mai 2020 

Pâtissant d’une baisse des recettes d’impôts, la situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 23 Mrds Dh à fin mai 2020, contre un déficit budgétaire de 22,6 Mrds Dh un an auparavant. 

0 5 395
Le déficit budgétaire à 23 Mrds Dh à fin mai 2020 

Selon le bulletin mensuel de statistiques des finances publiques du mois de mai de Trésorerie Générale du Royaume (TGR), la situation des charges et ressources du Trésor dégage un déficit budgétaire de 23 Mrds Dh à fin mai 2020, contre un déficit budgétaire de 22,6 Mrds Dh un an auparavant.

Ce déficit tient compte d’un solde positif de 11,9 Mrds Dh dégagé par les comptes spéciaux du Trésor (CST) et les services de l’Etat gérés de manière autonome (SEGMA), précise la TGR ajoutant que sur la base des recettes encaissées et des dépenses émises, l’exécution de la loi de finances fait ressortir également un solde ordinaire négatif de 2,1 Mrds Dh à fin mai 2020, contre un solde négatif de 1,6 Mrd Dh un an auparavant. 

Dans le détail, les recettes ordinaires brutes se sont établies à 103 Mrds Dh à fin mai dernier contre 96,6 Mrds dh une année auparavant, en hausse de 6,6%.  Cette augmentation s’explique principalement par la hausse des recettes non fiscales de 195,8% en raison notamment de l’augmentation des versements des comptes spéciaux du Trésor au profit du budget général (15,7 Mrds Dh contre 2 Mrds Dh), des fonds de concours (1.944 MDH contre 162 MDH), conjuguée à la baisse des recettes de monopoles (1.017 MDH contre 1.795 MDH), des recettes en atténuation de dépenses de la dette (454 MDH contre 1.299 MDH) et de la redevance gazoduc (214 MDH contre 532 MDH), précise la TGR.  

Cette hausse est la résultante aussi de la baisse des impôts directs de 6,4%, des droits de douane de 4,2%, des impôts indirects de 8% et des droits d’enregistrement et de timbre de 17,4%. 

Au niveau dépenses, et avec un taux d’engagement global des dépenses de 43% et un taux d’émission sur engagements de 80% contre respectivement 49% et 74% un an auparavant, les dépenses ordinaires émises en hausse de 7%, en raison de l’augmentation de 15% des dépenses de biens et services, due à la hausse de 10,8% des dépenses de personnel et de 23,3% des autres dépenses de biens et services, et de la hausse de 7,1% des remboursements, dégrèvements et restitutions fiscaux, conjuguée à la baisse de 8,4% des charges en intérêts de la dette et de 54,5% des émissions de la compensation. 

De son côté, le montant global des remboursements de TVA à l’intérieur et à l’importation (y compris la part supportée par les collectivités territoriales) est de 5.174 MDH contre 5.134 MDH à fin mai 2019. 

Pour leur part, les dépenses d’investissement émises ressortent en hausse de 10,1%, passant de 29,8 Mrds Dh  à fin mai 2019 à 32,8 Mrds Dh à fin mai 2020, en raison de la hausse de 36,6% des dépenses des charges communes et de la baisse de 14% des dépenses des ministères. 

Enfin, le bulletin relève aussi que le compte d’affectation spéciale intitulé “Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus Covid-19” a enregistré, à fin mai, des recettes pour 33 Mrds Dh contre des dépenses estimées à 14,9 Mrds Dh.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus