Le FBI craint un « soulèvement massif » aux USA

Le Bureau fédéral d’investigation  (FBI) a mis en garde contre l’action d’un groupe armé qui se prépare pour un « soulèvement massif » à Washington DC, si le président sortant Donald Trump est démis de ses fonctions, en vertu de l’amendement 25 de la Constitution américaine.

0
Le FBI craint un « soulèvement massif » aux USA

Selon ABC News, le FBI a reçu des informations selon lesquelles des extrémistes pro-Trump appellent également à « l’assaut des bâtiments gouvernementaux, fédéraux et locaux et des tribunaux présidentiels avant l’investiture de Joe Biden ».

Le rapport établi par le FBI indique que « des manifestations armées sont prévues dans les 50 capitales des États du 16 au 20 janvier au moins, et au Capitole américain du 17 janvier au 20 janvier ».

Le chef du bureau de la Garde nationale américaine a confirmé que la Garde nationale avait été chargée de mobiliser jusqu’à 15.000 soldats pour soutenir l’investiture de Biden.
Les services de sécurité fédéraux ont publié une circulaire pour fermer tous les bâtiments entourant la Maison Blanche, à partir du dimanche prochain et jusqu’à mercredi, date de l’investiture.

Le maire de Washington, Muriel Bowser, a appelé les Américains à éviter Washington ce jour-là.

Le ministère de l’Intérieur a également été invité à annuler les autorisations de manifestation jusqu’au 24 de ce mois-ci, afin de protéger la capitale d’une violente rébellion similaire à celle qui a eu lieu dans le bâtiment du Capitole le 6 janvier.

Dans une mesure procédurale contre la violence, le NPS a déclaré qu’il avait suspendu les visites du Washington Monument jusqu’au 24 janvier après avoir reçu des « menaces crédibles », à la suite des émeutes de la semaine dernière.

« En réponse, l’Autorité des parcs nationaux suspendra les visites au Washington Monument du 11 au 24 de ce mois, et peut demander une fermeture temporaire des points de vente publics des routes, des parkings et des salles de bain du National Mall », indique le communiqué.

La nouvelle est venue alors que la Chambre des représentants des États-Unis a soumis des documents sur la responsabilité contre Trump après la révolte pro-Trump au Capitole. Mais les républicains de la Chambre ont bloqué une mesure appelant le vice-président Mike Pence et le gouvernement Trump à destituer le président en recourant au 25e amendement et en reportant l’examen à mardi 12 janvier.

Le leader de la majorité démocrate à la Chambre, Steny Hoyer, a déclaré que la Chambre des représentants pourrait voter les clauses de destitution dès le mercredi 13 janvier et les envoyer immédiatement au Sénat, selon CNN. Toutes les indications covergent sur le fait que les membres du Parti démocrate des deux chambres du Congrès insistent pour introduire une législation visant à démettre le président Trump de ses fonctions.

Nancy Pelosi, présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, a déclaré que « le président Trump a lancé mercredi dernier une rébellion meurtrière contre l’Amérique qui visait le cœur de notre démocratie », considérant que « le président représente une menace imminente pour notre constitution, notre pays et le peuple américain, et doit être immédiatement destitué ».
N. Pelosi a indiqué que « la Chambre des représentants adoptera cette législation et nous appelons le vice-président à y répondre dans les 24 heures suivant son adoption ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus