antibiothérapie def bon site pour commander du cialis tuto achat baclofene sans ordonnance kamagra jelly effet propecia kamagra 100mg oral jelly avis viagra pharmacie en ligne france cialis canada prix pharmacie en ligne paypal cialis acheter viagra andorre

Le Hirak algérien se maintient: Forte mobilisation en ce mois de Ramadan 

Malgré le dispositif sécuritaire impressionnant déployé dans les principales artères et rues des villes d’Algérie, le 114ème vendredi de la colère a été célébré par les manifestants en colère contre un système honni.

0
Le Hirak algérien se maintient: Forte mobilisation en ce mois de Ramadan 

La contestation n’en finit pas de rythmer le quotidien des Algériens.  Une fois de plus, les masses ont répondu à l’appel en écumant les rues d’Alger, Constantine, Annaba, Bouira, Tlemcen, Tizi Ouzou, Sétif, Oran, Bejaïa, Oum El Bouaghi… Tout en appelant à un changement radical du système en place et à la libération des détenus d’opinion. Les slogans habituels ont été entonnés par les manifestants comme un “Etat civil pas militaire », une « Algérie libre et démocratique », une « presse libre » et « une justice indépendante », « nous n’allons pas nous arrêter ! »

A Alger, les manifestants ont dénoncé, une fois de plus, les harcèlements judiciaires et les arrestations visant les militants du Hirak. Une foule immense est venue de Bab El Oued et ses environs pour grossir les rangs en envahissant la rue Zighoud Youcef aux cris de “les généraux espèce de traitres, nous n’allons pas nous arrêter“, “les service de renseignement terroristes, la mafia militaire tombera“, “jetez-nous tous en prison, le peuple ne s’arrêtera pas“ ou encore, “ le système chutera bientôt à Alger“.

En Kabylie, à Tizi Ouzou, Bejaïa, Bouira…  Les mêmes scènes et les mêmes acteurs anonymes résument le mal être algérien. Les manifestants rassemblés étaient munis  de pancartes aux slogans hostiles au pouvoir et de drapeaux national et Amazigh. Les manifestants ont rendu hommage aux détenus d’opinion et au journaliste, Rabah Kareche du quotidien Liberté, incarcéré à Tamanrasset pour ses écrits. Ainsi, l’une banderole déployée lors de cette marche dédiée au journaliste Rabah Kareche, incarcéré à Tamanrasset sur laquelle on pouvait lire “Libérez l’Algérie, libérez les détenus d’opinion, libérez la presse, libérez Rabah Kareche”.

Bref, la mobilisation du Hirak a été intacte à l’occasion de ce 114e vendredi du soulèvement populaire. La présence des femmes a été remarquable en dépit des contraintes du mois sacré. D’importants dispositifs des forces anti-émeutes ont cerné les foules avant même qu’elles n’entament leur marche. Plusieurs interpellations ont été signalées. Mais cela n’a en rien entamé la détermination des Hirakistes qui ont battu le pavé, dans le calme, tout en vouant aux gémonies un système aussi pourri qu’avilissant.…

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus

J'ai commencé à avoir des crises de migraine systématiques, alors je me suis rendu à la pharmacie www.europeangeneric.com pour obtenir des médicaments contre le vasospasme cérébral. Les maux de tête s'accompagnaient de fréquentes nausées, de douleurs musculaires, de troubles de la vue, de dépression, de vomissements et de troubles de la coordination des mouvements. Des analgésiques et des médicaments non stéroïdiens bien choisis ont permis de soulager rapidement les symptômes de la migraine et de réduire le risque de complications telles que les crises, les accidents vasculaires cérébraux et les gonflements du cerveau.