The news is by your side.

Le Mali sous le choc du drame de Gao: Une horreur revendiquée par « Les signataires par le sang »

17
La paternité de l’attaque de Gao a été revendiquée par les djihadistes d’al-Mourabitoune, filiale d’Al-Qaida qui sévit dans l’espace sahélo-saharien. Une fois encore, c’est via le site mauritanien « Al-Akhbar » que l’information a été confirmée. Ainsi, le groupe du djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar, rallié à al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), a revendiqué l’attentat kamikaze du camp de Gao, dans le nord du Mali, qui a fait mercredi une soixantaine de morts et une centaine de blessés. L’attentat-suicide contre un camp du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC), chargé de déployer les patrouilles mixtes, a fait au moins 47 morts et 115 blessés mercredi à Gao, dans le nord du Mali, selon le gouvernement. « L’attaque a eu lieu ce matin à 8h40, heure locale et GMT », a affirmé une source militaire au sein de la mission de l’ONU au Mali (Minusma). Le camp du MOC, situé à Gao, a été pris pour cible. Le MOC est chargé de déployer les patrouilles mixtes composées des signataires de l’accord de paix de mai-juin 2015 à savoir les forces maliennes, la Plateforme (la coalition pro-gouvernementale) et la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, l’ex-rebellion à dominante touareg). « Le bilan est de 47 morts, dont cinq kamikazes », a affirmé le gouvernement malien. La Minusma a pour sa part précisé que les membres de la Plateforme victimes de l’attaque-suicide comprenaient des hommes du Groupe d’auto-défense touareg Imghad et alliés (Gatia).
Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :