The news is by your side.

Le Maroc face au Covid-19: Le confinement, la réponse idoine! Jusqu’à quand? et a t-on les moyens de le soutenir? 

0 76

En l’espace de 24h, le ministère de la Santé a recensé 70 nouveaux cas positifs au Covid-19 au Maroc, portant ainsi le nombre total des personnes infectées à 761. Le ministère de la Santé a également recensé 3 décès et 26 guérisons en 24 heures, portant le bilan officiel à 47 morts et 56 rémissions depuis le début de l’épidémie au Maroc. C’est la première fois que le ministère de la Santé annonce un nombre de guérisons aussi important en 24h.

 Le nombre total des cas exclus après des résultats négatifs d’analyses effectuées en laboratoire s’élève à 3062, ce qui porte le nombre global de tests de dépistage réalisés au Maroc à 3823.

Le confinement, la réponse idoine!

En matière de parade décidée par les pouvoirs publics pour endiguer la propagation du virus, et en l’absence d’un dépistage de masse, c’est le confinement qui reste le moyen le plus efficace.

Une règle d’or qui, fort malheureusement, est loin d’être respectée par nombre de récalcitrants. Voilà pourquoi depuis l’entrée en vigueur des nouvelles lois portant sur l’état d’urgence sanitaire, les autorités publiques ont engagé des poursuites en justice contre un total de 4.835 individus, 334 personnes, sur ce total, ont été déférées devant la justice en état d’arrestation au 2 avril a indiqué le Parquet général.

… Jusqu’à quand ? 

Pour l’heure, et selon la rhétorique scientifique développée notamment en France, l’extinction de la pandémie, en l’absence de vaccin et/ou de traitement efficace, ne saurait être sans que la moitié de la population, voire un peu plus, ne soit infectées puis immunisées. 

Les autorités sanitaires qui restent évasives sur le calendrier prévisible pour l’aplatissement de la courbe des contaminations ne communiquent pas, non plus, sur les risques d’une deuxième vague tant crainte ailleurs. 

Aussi, une étude publiée dans The Lancet portant sur la ville de Wuhan met-elle en évidence l’intérêt de retarder la sortie du confinement : un mois supplémentaire permettrait de décaler de deux mois la survenue d’un nouveau pic, mais aussi d’en limiter l’ampleur. 

… et en avons-nous les moyen?

Une réalité qui donne à réfléchir dans le Royaume où les normes établies par l’Organisation mondiale de la santé ne sont pas respectées en terme d’encadrement sanitaire (1 infirmier pour 300 personnes et un hôpital pour 150.000 personnes). Surtout que le total des personnes testées, positives ou non, est encore trop faible pour se faire une idée exacte sur les perspectives qui se profilent.

Les gestionnaires de la chose sanitaire qui n’ignorent pas l’évolution de la situation de par le monde doivent communiquer autrement qu’en se contenant d’égrener, comme ils le font toujours, les chiffres de cas déclarés positifs ou non. Un exercice des plus aléatoires…

Les médias publics peuvent servir de plate-forme idéale pour expliquer les tenants et aboutissants de la pandémie. Et sensibiliser l’opinion sur les risques encourus par le non respect du confinement… 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.