Le Michlifen Ifrane: Complexe touristique ou sportif?

18 66
Rouvert en avril 2010 par son propriétaire l’ONCF après des travaux de rénovation qui ont coûté les “yeux de l’athlète”, le Michlifen Ifrane compte parmi les hôtels de luxe. Mais son inamovible directeur général confond sa passion sportive avec l’intérêt général qu’implique une gestion rigoureuse, et donc irréprochable, de l’établissement.
Nommé DG le 10 août 2010, on croyait que Younes Sadki, lauréat de l’ISIT pour ne pas le nommer, était le profil idoine pour gérer cette belle et merveilleuse boîte touristique. Mais sa passion sportive l’a tellement dévoré que le Basket-ball a fini par phagocyter sa mission première, celle de DG d’un établissement hôtelier de renom. La preuve, il va même créer une association sportive de Basket-ball qui porte le même nom (serait-ce le fruit du hasard ?) que l’hôtel: Association Michlifen Ifrane (AMI). Et même ses dirigeants comptent parmi le personnel de l’établissement piloté par Younes Sadki. Affiliée à la Fédération Royale Marocaine de Basket-ball, il y a trois années, certains de ses joueurs auraient été recrutés sur la base d’une rémunération mensuelle que l’hôtel leur sert royalement en tant qu’employés de l’établissement. Plus, certains fournisseurs auraient été sollicités pour mettre la main à la poche en vue de financer l’AMI. Sans parler de manifestations de mini-basket et de séminaires qu’on organise en exploitant l’infrastructure de l’hôtel.
Sept ans après, on a du mal à voir les décideurs à l’ONCF reconduire un DG qui n’a pas su rendre rentable ce bel établissement. On comprend dès lors pourquoi le volet commercial est géré depuis un an par la Mamounia, une autre propriété de l’ONCF. Un Office dont le Directeur Général est bien servi avec sa famille et ses amis lorsqu’il veut faire le vide. Jusqu’à preuve du contraire, tout cela se fait aux frais de la princesse. Voilà ce qui explique, peut être, que le DG du Michlifen Ifrane suites & spa persiste à faire ce que bon lui semble. Quand bien même déraille-t-il à tout bout de champ. Une affaire de panier… de crabes !

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus