Le ministère de l’éducation nationale sous les critiques des syndicats 

Le MEN concentre les critiques des syndicalistes affiliés à la CDT et la FNE. C’est la gestion de plusieurs dossiers revendicatifs des professionnels du secteur, toujours en stand by, qui fait monter la température.

0 5 517
Le ministère de l’éducation nationale sous les critiques des syndicats 

La dernière annonce faite le 10 septembre sur le dossier revendicatif du corps de l’administration pédagogique a fait réagir la coordination syndicale bilatérale des deux antennes nationales du syndicat national de l’enseignement affilié à la Confédération démocratique du travail (CDT) et de la fédération Nationale de l’Education (FNE).

Dans une lettre adressée à la tutelle, les deux branches syndicales les plus représentatives du secteur estiment que le département de Said Amzazi n’a rien apporté de nouveau sur ce dossier et ne fait que répéter les précédentes promesses qu’il s’est engagé à réaliser en janvier 2020, date de leur dernière rencontre.

Dans une correspondance de rappel datée du 5 juillet 2020 envoyée par les deux syndicats, ces derniers avaient renouvelé leur demande d’ouvrir un dialogue urgent pour résoudre les différents dossiers syndicaux non résolus et les doléances légitimes des professionnels de l’enseignement toutes catégories confondues. Ils ont également exigé l’accélération de la publication des décrets d’amendement pour les catégories convenus lors des séances de dialogue précédentes.

La coordination CDT/FNE demande la régulation immédiate de la situation financière tardive des diverses catégories éducatives ainsi que la compensation financière pour les zones reculées et le logement. Accélérer l’ouverture d’un dialogue sérieux et responsable qui conduit à la mise en place d’un statut de base juste et équitable, et l’intégration des enseignants dits « contractuels », sont également des demandes pressantes du côté des deux syndicats.

Ils demandent à leur tutelle la finalisation de toutes les questions en suspens des professionnels du secteur de manière à assurer des réponses aux demandes justes et légitimes des travailleurs de l’éducation toutes catégories confondues (assistant(e)s techniques, assistant(e)s administratifs, enseignants dits de la cellule 10, les hors échelles ….).

Dans ce contexte de pandémie, et vu les dernières décisions du ministère qualifiées d’« irréfléchies » et « irresponsables » par les professionnels du secteur mais aussi par les parents d’élèves, les deux branches syndicales « refusent la politique de fuite en avant adoptée par le gouvernement et la direction de la tutelle sous prétexte de pandémie, et demandent de mettre un terme à la gestion unilatérale par le ministère de l’éducation nationale et la panique que cela a engendré et qui risque de s’accentuer avec la hausse des cas au sein des établissements scolaires ».

Les deux branches appellent à dégager une solution à la situation des professeurs et administrateurs souffrant de maladies chroniques et les femmes enceintes, compte tenu de leur statut immunitaire fragile, et rejettent ainsi « l’apprentissage à distance », adopté dans les régions les plus touchées du pays, et appellent ainsi leur tutelle et le gouvernement  « à intervenir en force pour fournir des conditions de travail et d’éducation adéquates contre le virus et mettre en place les conditions de santé et de sécurité pour tous ».

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus