The news is by your side.

LE MUR FAIT LE MUR

9

Le MUR, bras idéologique du PJD, vient de faire preuve d’une parfaite orthodoxie en
suivant au pied de la lettre le souci conjoncturel de l’instance politique à laquelle il
est adossé. Preuve en est la condamnation de l’équipée meurtrière dont a fait les frais
l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo. Tout cela fleur bon le « politiquement
correct » d’une structure peu habituée à l’ouverture de bon aloi. Les Marocains
qui n’ont pas la mémoire courte se souviendront, et pour toujours, de l’excès de
dogmatisme dont a toujours fait preuve le MUR. Une question cependant mérite
réponse : l’ingénierie de cette instance spécialisée, nous dit-on, dans le prêchi-prêcha,
a-t-elle succombé aux charmes de sa nouvelle tête, Abderrahim Chikhi en l’occurrence,
pour s’aligner mordicus sur les positions très politiques du PJD au point de faire la
nique à son orthodoxie ? Pour ceux qui connaissent les arcanes de la sphère islamiste
« modérée », celle qui gouverne le pays depuis 2011, l’ingénieur promu à la tête du
MUR n’aurait comme épaisseur que celle que procure le suivisme du chef… Qu’il soit
« agresseur ou agressé », comme le rappelle l’adage. En d’autres termes, A. Chikhi se
distingue plus par le rapport de sujétion prononcée à l’endroit d’A. Benkirane que
par autre chose. Toujours est-il que le MUR a bel et bien sauté le mur, si on se réfère à
toute la littérature produite naguère autour des dessins de Charlie Hebdo. De là à n’y
voir que la consécration du « double jeu » dans lequel excellent toutes les formations
islamistes, il n’y a qu’un pas… Que de nombreux observateurs rappelleront à tous
ceux qui risquent de se perdre dans la masse des amalgames. Bien entendu, là aussi,
la compétition entre « frères » dans « l’Islam politique » n’est pas à déconsidérer en soi.
Surtout que la direction de l’Association Al-AdlWalIhssan n’a pas résisté, elle aussi, à
médiatiser un communiqué assorti de la condamnation de circonstance de l’attentat
qui a décimé une partie de la rédaction de l’hebdo français.
Rien d’étonnant de la part de la nébuleuse islamiste bien marocaine. Car tout en s’empressant
de condamner un attentat meurtrier, ses cadors n’hésitent pas à faire plus
que la moue devant la liberté d’expression. En clouant au pilori tous ceux qui osent caricaturer
les prophètes et à désacraliser le religieux. Sur cette affaire-là, les Benkirane,
Chikhi et les autres, tous les autres, ne se taisent pas. Ils condamnent avec la vigueur
qui leur est proverbiale. Comme quoi, la raison se perd là où le saint esprit office

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :