Le mythique batteur Tony Allen se retire sans tambour ni trompette

Tony Allen, grand batteur devant l’éternel est mort à Paris, en France, le 30 avril. Avec une autre légende africaine, Fela Kuti, le musicien nigérian avait créé l’afrobeat.  

0 37
Le mythique batteur Tony Allen se retire sans tambour ni trompette

L’afrobeat est née de la découverte par T. Allen et F. Kuti,  à l’époque jeunes musiciens nigérians, du combat des Afro-Américains comme Martin Luther King, Malcom X et le Black Panther Party au cours d’une tournée dans les années 1960 aux États-Unis. Une initiation qui allait engendrer un courant musical, fait de textes engagés et d’un rythme mêlant jazz et tonalités africaines. Le Nigeria deviendra le berceau de l’afrobeat. A la fin des années 1970, les deux compères se séparent, T. Allen privilégiant la musique, pure et expérimentale.

Au début des années 1980, il s’installe à Paris et enregistre la batterie sur plusieurs albums de chanteurs et musiciens français comme Jean-Michel Jarre, Charlotte Gainsbourg et Sébastien Tellier. En 2005, il revient aux sources avec l’album « Lagos No Shaking » (« Lagos, ne tremble pas »), enregistré au Nigeria. L’année suivante, il est d’une nouvelle aventure, membre du supergroupe The Good, The Bad and the Queen, formé par Damon Albarn, le leader du groupe Blur. Les deux hommes, que 40 ans séparent, s’admirent et multiplieront les projets.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire plus